Voyage dans le passé?…ce n’est pas dépassé… c’est à venir??

AFP

22/09/2011 à 22:42

La vitesse de la lumière et Einstein dépassés

par une particule ?

« Totalement inattendu », « étonnant »… les physiciens n’en

croyaient pas leurs instruments mais ils pensent bien

avoir mesuré une particule dépassant la vitesse de la

lumière, pourtant considérée comme une « limite

infranchissable » dans la théorie d’Einstein.

Portrait non daté d'Albert Einstein photo : AFP

Selon les mesures effectuées par les spécialistes de l’expérience internationale Opera, des neutrinos – particules élémentaires de la matière – ont parcouru les 730 km séparant les installations du CERN à Genève du laboratoire souterrain de Gran Sasso (Italie) à une vitesse de 300.006 kilomètres par seconde, soit 6 km/s de plus que la vitesse de la lumière.

« Autrement dit, sur une +course de fond+ de 730km, les neutrinos franchissent la ligne d’arrivée avec 20 mètres d’avance » sur la lumière si elle avait parcouru la même distance à travers l’écorce terrestre, précise le CNRS.

Et il ne s’agit pas d’un exploit unique: les résultats publiés par le CERN et le CNRS sont le fruit de trois ans de données et de l’observation de plus de 15.000 neutrinos, avec une marge d’erreur record de seulement 10 milliardièmes de seconde.

à lire aussi

« Je ne m’attendais pas du tout à ça, on a passé six mois à refaire tout de zéro », a expliqué jeudi à des journalistes Dario Autiero, chercheur à l’Institut de physique nucléaire de Lyon et responsable de l’analyse des mesures d’Opera.

Recalibrage des instruments de mesures par les plus grands experts indépendants, vérification des relevés topographiques, du tunnel à particules… même la dérive des continents et le séisme dévastateur de L’Aquila ont été pris en compte.

Les scientifiques internationaux ont traqué la moindre faille dans leur expérience sans parvenir à un résultat différent: les neutrinos semblent bel et bien avoir voyagé plus vite que la lumière, défiant du même coup la théorie de la relativité d’Einstein!

« Compte tenu de l’énorme impact qu’un tel résultat pourrait avoir pour la physique, des mesures indépendantes s’avèrent nécessaires afin que l’effet observé puisse être réfuté ou bien formellement établi », souligne le CNRS.

« C’est pourquoi les chercheurs de la collaboration Opera ont souhaité ouvrir ce résultat à un examen plus large de la part de la communauté des physiciens » et l’ont publié, ajoute l’organisme de recherches français.

Appels à la prudence

Si la mesure est confirmée, ses implications défient encore la compréhension.

Pour Pierre Binetruy, directeur du Laboratoire Astroparticules et cosmologie à Paris, cela peut vouloir dire que « des particules ont trouvé un raccourci dans une autre dimension », et donc qu’il existerait dans l’univers davantage que les quatre dimensions (les trois dimensions dans l’espace auxquelles s’ajoute celle du temps).

« Il se peut aussi que la vitesse de la lumière ne soit pas la vitesse limite », estime-t-il, tout en soulignant que le record battu par le neutrino ne signifierait pas forcément « qu’Einstein s’est trompé ».

« Einstein n’a pas prouvé que Newton avait tort, il a trouvé une théorie plus générale » qui s’est superposée à celle de Newton. « Newton est correct quand la vitesse est petite par rapport à celle de la lumière », a renchéri Stavros Katsanevas, directeur adjoint de l’Institut de physique nucléaire.

De la même manière, la trouvaille d’Opera pourrait signifier que la théorie d’Einstein « est valable dans certains domaines mais qu’il existe une théorie encore plus globale, comme des poupées russes (…) ça ouvre de nouveaux champs », ajoute M. Binetruy.

Tout en se réjouissant des nouvelles perspectives qui s’offent à eux, les physiciens appellent à la plus grande « prudence » tant que les mesures n’auront pas été « vérifiées avec un système complètement différent », insiste Dario Autiero.

C’est le but visé par le projet Minos aux Etats-Unis, qui était déjà parvenu voici quelques années, entre le Fermilab de Chicago et une mine proche de la frontière canadienne, à un résultat similaire à celui d’Opera.

A l’époque, la marge d’erreur était jugée trop importante pour que la mesure soit recevable, mais les chercheurs américains planchent désormais sur une nouvelle expérience d’une précision sans précédent. Elle devrait aboutir d’ici environ trois ans, selon Stavros Katsanevas.

 



Même la justice…La même justice pour tous…??

Maintien en détention de Pierre

Pichoff, le juge de Béthune

soupçonné de corruption

mercredi 20.04.2011, 18:35La Voix du Nord

Maintien en détention du juge de Béthune soupçonné de corruption

Maintien en détention du juge de Béthune soupçonné de corruption

Pierre Pichoff, 58 ans, le juge de Béthune soupçonné d’avoir perçu de l’argent en échange de décisions complaisantes, restera en détention provisoire, a décidé ce mercredi la cour d’appel de Paris.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel a confirmé la décision du juge des libertés et de la détention (JLD), a annoncé la cour d’appel.

OAS_AD(‘Position1′);Même la justice...La même justice pour tous...?? dans Judiciaire

Le juge de Béthune, qui présidait des audiences correctionnelles, est soupçonné d’avoir monnayé des décisions complaisantes. Il a été mis en examen le 20 janvier à Lille pour corruption passive, trafic d’influence et tentative d’escroquerie et mis en détention provisoire. Il est soupçonné d’avoir perçu plusieurs milliers d’euros ces quatre dernières années pour influencer le cours de certaines décisions rendues par le
tribunal correctionnel de Béthune.

L’enquête, récemment dépaysée à Paris, avait été ouverte à la suite de courriers anonymes envoyés aux policiers du Pas-de-Calais. Le magistrat risque une peine maximale de 10 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende.

 

Notre délinquant en écharpe tricolore ayant dilapidé quelques 120 000.00 euros, pour ceux qui comptent encore en anciens francs cela représente environ quatre vingts millions de nos anciens francs a été soupçonné de fraude…

et mis au coin tout simplement.



Des hommes, des braves

[EXCLUSIF] Comines : démission collective au conseil municipal

vendredi 18.02.2011, 16:50La Voix du Nord

Henri Ségard - PHOTO LA VOIX Henri Ségard – PHOTO LA VOIX

| Métropole lilloise |

Comme nous l’annoncions, 18 conseillers municipaux de Comines ont décidé de démissionner à la suite d’une crise majeure de 14 mois.

 

 

Henri Ségard et les 17 élus qui le suivent dans une scission depuis 14 mois, ont annoncé leur démission du conseil municipal. Alain Detournay, le maire, a reçu la copie du courrier envoyé au préfet faisant état de cette démission collective qui conduira les Cominois à de nouvelles élections, dont la date n’est pas connue pour l’instant.

OAS_AD(‘Position1′); Comines connaît une crise depuis octobre 2009, quand une majorité d’élus a décidé de ne plus accorder leur confiance au maire, Alain Detournay, désigné comme successeur d’Henri Ségard en 2006 puis élu deux ans plus tard.

Plusieurs épisodes ont rythmé la vie municipale, jusqu’au refus par le groupe ayant fait scission de voter le budget pour 2011. Le maire avait fait savoir qu’il ne présenterait plus le budget en conseil municipal. Jugeant que la situation n’était plus tenable, Henri Ségard a préféré stopper les hostilités et provoquer un retour aux urnes.

Alain Detournay, le maire, a reçu la copie du courrier envoyé au préfet faisant état de cette démission collective qui conduira les Cominois à de nouvelles élections.

A lire dans l’édition de Tourcoing-Lys de samedi

Pont-sur-Sambre : Vers une démission du conseil municipal dans

sa totalité ?

mardi 19.04.2011, 15:35La Voix du Nord

| Hainaut |

Les problèmes sont loin d’être résolus au sein du conseil municipal de Pont-sur-Sambre.

Le budget n’a toujours pas été voté alors que la date limite (le 30 avril) approche à grands pas.

 

 

Lundi soir le maire Alain Bortolus a fait une nouvelle tentative de le faire passer. En vain. Le budget n’était pas à l’ordre du jour et les six conseillers opposants présents n’ont pas souhaité passer au vote.

 

Verrons nous cela à Saint Souplet??…alors ils partiront par une autre voie où par d’autres voix.



Les Rameaux, Le Chapelle Saint Roch, Le camion des pompiers

La statue de saint Roch a retrouvé sa chapelle… dûment remise en état

mardi 19.04.2011, 05:09

La Voix du Nord

 Le replacement de la statue de saint Roch s'est effectué en même temps que les célébrations de la fête des Rameaux.

Le replacement de la statue de saint Roch s’est effectué en même temps que les célébrations de la fête des Rameaux.

| SAINT-SOUPLET-ESCAUFOURT |

La cérémonie des Rameaux a été l’occasion d’une manifestation particulière …

dans la commune : la remise de la statue de Saint Roch dans sa chapelle. Chapelle qui a été construite en 1689, remise en état en 1913, puis qui était restée dans l’oubli, avec une dégradation qui s’intensifiait au fil des ans.

OAS_AD(‘Position1′);Les Rameaux, Le Chapelle Saint Roch, Le camion des pompiers dans Mon regard

Vu l’état où se trouvait la chapelle, des personnes bien avisées avaient pris soin d’enlever la statue et de la mettre en sûreté dans l’église.

La statue de saint Roch, en bois, dans ses couleurs originales bien conservées, a été bénie par l’abbé Gilbert Duhaubois et par le diacre Michel Carlier, avant que l’assistance présente n’entonne quelques cantiques et prières.

Car toute cette cérémonie s’est déroulée devant de très nombreuses personnes qui attendaient, les rameaux de buis à la main, leur bénédiction.

Ce fut également l’occasion de procéder à la bénédiction du nouveau camion des pompiers.

La cérémonie à la chapelle étant terminée et la statue ayant regagné sa place, une procession s’est organisée pour rejoindre l’église pour assister à la messe des Rameaux. • R. L. (CLP)

Bénédiction du véhicule de secours

mardi 19.04.2011, 05:09La Voix du Nord

 dans Municipalité

Dimanche, lors de la cérémonie des Rameaux, l’abbé Gérard Duhaubois a procédé à la bénédiction du nouveau véhicule sulpicien.



Lettre de démission de Nicolas Sarkozy

Lettre de démission de Nicolas Sarkozy

Françaises, Français, mes chers compatriotes,

Lorsque je fais Le bilan du temps écoulé, que je passe en revue tous les événements qui se sont produits et les transformations que j’ai tenté d’apporter à notre société depuis mon élection (je vous rappelle que c’est vous qui m’avez élu en mai 2007), je me dis que les Français sont d’éternels insatisfaits et que quoi qu’on fasse, Il y a toujours 50 % de mécontents, le reste n’étant pas heureux non plus.

Même si j’ai parfois un peu dérapé, j’ai voulu que notre pays entre dans la modernité.

Alors, Carla et moi avons décidé de vous offrir Le plus beau cadeau que vous semblez appeler de tous vos vœux.

Je vous présente ici ma démission de Président de la République française et j’ai décidé de partir au bout du monde avec Carla et toute ma petite famille, avec notre «bling bling» qui vous fait tellement rigoler, ma Breitling à 58000 euros, et tout Le reste…

Je vais vendre mon magnifique appartement de Neuilly-sur-Seine que vous aimeriez bien posséder, et je vais vivre avec l’argent qu’il me rapportera, ainsi qu’avec les retraites que je vais toucher de toutes mes précédentes fonctions… Enfin… Tant que les caisses pourront payer.

Nous bronzerons nos corps de riches sur les yachts de Vincent (Bolloré), nous irons visiter à nouveau les pyramides en compagnie de notre ami Le roi du Maroc, et surtout vous arrêterez de nous casser les bonbons avec vos éternelles jérémiades.

Je n’aurai plus à m’occuper de tous ces connards d’étudiants encapuchonnés, qui pensent à la retraite avant de penser à travailler, et qui sont toujours prêts à casser du CRS, et le ministre de l’éducation, quel qu’il soit.

Je n’aurai plus à serrer la main de tous ces guignols de syndicalistes de merde qui font chier tous les français avec leurs grèves à répétition, malgré leurs seulement 7% de représentativité, malgré les très gras salaires de syndicalistes qu’ils encaissent, et qui croient avoir la solution à tous les problèmes actuels en appliquant à la France les principes qui ont mené l’URSS à sa perte, et son peuple à la famine et la misère, et qui refusent de participer, au nom d’un sectarisme archaïque, au nom d’avantages acquis et pour beaucoup obsolètes, et qui contribuent à appauvrir un peu plus le pays.

Je ne verrai plus les tronches de cake des socialistes toujours prêts à défendre les sans-abris, mais qui eux, les pauvres, habitent Place des Vosges et dans le septième arrondissement, qui défendent la diversité et Le multiculturalisme, mais qui envoient leurs enfants dans des écoles d’élites ou les seuls musulmans sont les rejetons d’ambassadeurs et d’hommes d’Etats.

Je n’aurai plus à m’emmerder avec des diplomates chinois constipés par leur riz mélaminé, ni avec des islamistes barbus qui détruisent les églises dans leurs pays pendant qu’ils réclament des mosquées chez nous, qui sont assez cons pour se faire sauter au nom de l’Islam et d’un prophète, dont Ataturk disait que  » l’Islam est la théologie absurde d’un bédouin immoral « .

Fini, de me laisser emmerder par tous ces « penseurs » qui veulent faire croire aux français que notre pays est une dictature, un pays où la police est prête à casser de l’immigré, et qui ne sont pas foutus de voir que si les immigrés ne semblent pas être pressé de retourner chez eux, c’est parce que là bas, la police les massacreraient pour de bon, s’ils osaient brûler une seule voiture.

Fini de me laisser emmerder par ceux qui prétendent que la déferlante du tiers monde est une chance pour la France, mais qui gueulent que les flics ne sont jamais là quand on a besoin d’eux, dès qu’un arabe touche à leur bagnole ou pique Le portable de leur fils.

Fini, les grèves de la SNCF et de la RATP, déclenchées par des mecs qui sont chouchoutés comme s’ils fourraient encore du charbon dans des locomotives à vapeur, qui font un caca nerveux dès qu’on leur demande une minute de travail supplémentaire, payée double en plus, mais qui voyagent gratuitement sur toutes les lignes, toute l’année, et même pendant les vacances.

Bon débarras de ces fonctionnaires qui fonctionnent à l’envers et qui trouvent Le moyen, en étant deux fois plus nombreux par habitant qu’aux Etats-Unis ou qu’en Allemagne, sans parler du Japon, de fournir un service trois fois plus mauvais.

Terminé, les journalistes qui passent leur temps à critiquer mon train de vie, et qui voudraient bien avoir Le même, et qui sont tout heureux quand je les emmène se balader aux quatre coins du monde, aux frais du contribuable.

Ras le bol de ces bras cassés de l’équipe de France qui se prend pour le nombril du monde, qui crache sur la France en coulisse, et qui n’est même pas foutue de gagner des matchs pour justifier des énormes salaires qu’on leur sert.

Alors je pars et je vous laisse dans la merde que vous avez vous-mêmes créée.

Débrouillez vous avec Aubry, avec la CGT, avec le Parti Communiste aux mains ensanglantées de plus cent millions de morts et qu’on n’ose même pas interdire, avec la Fédération des Parents d’Elèves qui s’intéresse plus à défendre l’idéologie gauchiste, les enseignants, que leurs propres enfants, avec le nucléaire qui pourtant nous sauve un peu de la panade, avec les heures sup. que vous avez volées parce que pendant les heures payées vous avez tiré au flanc, avec le chômage qui incite à tout, sauf à retrouver du travail, avec la retraite à 55 ans, avec le sida, EDF GDF, le Dalaï-Lama, BHL et Fabius, et tant pis pour Canteloup et Ruquier.

Arrangez-vous avec la hausse du pétrole qui va bientôt repartir, avec la récession, la vraie, qui n’est pas prête de se terminer, tandis que des pays moins cons que vous sont en plein boum économique. Vous qui avez voulu être plus malins que les autres, qui avez cru que vous alliez pouvoir placer votre argent mieux que votre voisin de palier, et qui, aujourd’hui demandez à l’Etat de prendre en charge vos pertes en les déduisant de vos impôts. Quand est ce que vous comprendrez que l’Etat, c’est pas votre maman ?

Demandez aux socialistes, demandez à Ségolène Royal, Madame «je-sais-tout-sur-tout-et-vous-offrirai-la-belle-vie-si-vous-votez-pour-moi» et son «Désir d’Avenir», définitivement embourbé dans un passé sans espoir.

Réclamez lui, au maire de Paris dit « Bertrand l’embrayage », qu’il libère la profession de chauffeur de taxis, et qu’on puisse enfin trouver des taxis à tous les coins de rue, à toute heure du jour et de la nuit, et pour cinq euros la course, comme à New York ou à Berlin, puisqu’il a rendu les routes impraticables. Demandez qu’il supprime cet escroquerie obligatoire qu’est le service à 15% dans les cafés et les restaurants, quand on vous sert avec la soupe à la grimace.

Demandez leur de vous faire travailler moins pour gagner plus, car on dirait bien que vous n’avez pas encore compris que les trente cinq heures, elles vous ont gravement appauvri, et que nos concurrents s’en frottent encore les mains. Demandez leur de rétablir un peu de démocratie dans notre horrible pays, demandez leur de combler vos fins de mois difficiles, et de vous payer vos prochaines vacances en Guadeloupe (tiens ! je les avais oubliés les assistés des DOM-TOM).

Demandez leur par la même occasion de prendre leur argent aux riches pour le donner aux pauvres – que vous êtes forcément – alors que vous voudriez bien devenir riches.

Et quand les riches seront pauvres et qu’ils ne sauront plus à qui prendre l’argent, moi je serai L.O.I.N et H.E.U.R.E.U.X, sans vous bien sûr, qui avez souhaité mon départ avec tant de ferveur.
Mes chers compatriotes, je vous laisse à vos grèves pour la retraite, à vos fantasmes d’enfants gâtés qui ridiculisent la France (vous me direz, depuis la coupe du monde, on est les champions du ridicule). Je vous souhaite l’avenir de merde que vous avez bien cherché, et que vous êtes en train d’atteindre.

Carla et moi vous em…..brassons.

Par Jean-Patrick Grumberg – Publié dans : France



Les élections cantonales des 20 et 27 mars 2011

La barre était trop haute pour Michel HENNEQUART

Canton du Cateau : Laurent COULON (PS) réélu sans surprise aucune.

 

 

OAS_AD(‘Position1′);

Il est arrivé en tête au Cateau et dans 16 des 17 communes alentours : Laurent Coulon (PS) a été réélu ce soir sans surprise aucune.La seule commune qui lui a échappé est celle de Mazinghien commune qui a pour maire Michel Hennequart (SE), l’adversaire de Laurent Coulon. Deux hommes qui ont échangé une longue poignée de main à l’issue de l’anonce du résultat, histoire de dire qu’il fallait maintenant reprendre le travail, ensemble.

OAS_AD(‘Position1′);

Plus de détails dans votre édition de Cambrai-Caudry demain

la Voix du Nord


Michel HENNEQUART écrit: « HALTE AU GASPILLAGE DE L’ARGENT PUBLIC »

C’est une très bonne chose, il faut que les deniers publics soient gérés sainement.

Maire de Mazinghien, il siège à la communauté des communes, que fait-il pour arrêter la pollution lumineuse qui est scandaleuse, dilapider l’argent du contribuable pour l’éclairage public qui fonctionne toutes les nuits et une partie de la journée.

Il faudrait qu’il s’exprime sur ce sujet que j’ai abordé quelques lignes plus bas…

Merci Monsieur HENNEQUART de nous apporter quelques informations à ce sujet pour nous « éclairer ».

 

pdf gaspillage.pdf

Des tonnes de promesses pré-électorales comme l’a fait à 2 reprises notre très cher Henri QUONIOU qui une fois élu est allé à la déchetterie vider le camion de promesses…

Nous en conviendrons que sans promesse: point d’élection possible…

 

 

sourispolllum.png

La dépense d’électricité s’élève à 30 000.00 euros par an, par délibération du conseil municipal du 23 septembre 2008 Décision modification budgétaire N°2 cette dernière est passée à 33 000.00 euros par an (Article 60612).De quoi se révolter quand on constate que nos rues sont éclairées toutes les nuits et que rien n’est fait pour que cela change. C’est cela la gestion façon Quoniou…En électricité U= RI, tu vas te faire juter Monsieur le Maire.

Message d’une fidèle lectrice:

Pour ce qui concerne l’éclairage public, des contacts avaient été pris en 2002 en vue de provoquer une étude pour l’amélioration ………

Monsieur le Maire, à l’époque, a pris en charge le dossier: vous voyez où nous en sommes!! Par contre les dettes pour des peccadilles: il a su faire!!

LA COMMUNAUTE DES COMMUNES:

Depuis le 01/01/2010 c’est la communauté des communes qui est en charge de gérer l’éclairage public.Il ne faut pas tout mettre sur le dos de notre pauvre H.P.Q.Le 11 octobre 2010, je me suis entretenu avec Monsieur le Président de la Communauté de Communes, Monsieur DEVAUX, Maire de Beauvois:Je lui ai montré une photo de la rue de l’arbre de guise à Saint Souplet, prise à 7 heures le matin, courant Juin dernier, sur laquelle on constate l’éclairage public en fonction alors que le jour est levé depuis un bon moment, je lui ai demandé ce qu’il en pensait, il a balayé d’un revers de la main cette photo, d’un air méprisant, je crois que lui et moi n’allons pas être de bons amis avec une telle attitude.

Quand j’en aurais terminé avec H.P.Q. je risque fort bien d’éclairer 2VO.

De notre entretien, il en ressort que tout le monde doit être logé (éclairé) à la même enseigne et que nos villages resteront éclairés toutes les nuits.

Il a le droit de gérer Beauvois comme il le veut, ce n’est pas mon affaire.

La mauvaise gestion de Saint Souplet par H.P.Q., j’en fais mon affaire. Quant à Monsieur le Président de la Communauté des Communes, s’il compte gérer les communes comme gère la sienne H.P.Q. , ce sera mon affaire, et il y a là un risque d’électrocution pour Monsieur 2VO.L’hiver approche alors, pourquoi ne pas laisser l’éclairage public fonctionner jour et nuit, de façon à pouvoir réchauffer l’atmosphère??Mes respectueuses salutations Monsieur DEVAUX… à très bientôt.

eclairagepublic001.jpg

Il ne faut pas oublier qu’une part non négligeable de nos impôts locaux servent à alimenter la caisse de cette communauté, je pense qu’elle doit être gérée sainement.Il serait envisageable de ne pas payer cette part et de la reverser directement au CCAS de sa commune, toutes idées seraient à étudier.

eclairagepublic002.jpg

Si Monsieur HENNEQUART a l’intention de gérer le Département comme le fait QUONIOU pour Saint Souplet ou 2VO pour la Communauté des communes, ce n’est pas un bon signe pour son succès électoral, les électeurs jugeront, la voix des urnes est la seule arme que possède le citoyen averti…

serviteur Monsieur HENNEQUART.

cm1972.jpg

CONSEILLER GENERAL

Avant Laurent nous avions notre ami Roland GRIMALDI et notre ami Pierre MAUROY.

Je suis sur la photo avec Pierre MAUROY, c’était avant hier, en 1972.

C’est maintenant Laurent COULON qui a pris la relève,

il sait se montrer digne de ses prédécesseurs.

VOTONS TOUS LAURENT COULON LE 20 MARS 2011

Cela nous évitera un second déplacement le 27 mars 2011.

laurentcoulon1.jpg

laurentcoulon2.jpg

UN POIL ET CE FUT BON

 

1er TOUR 20/03/2011

Candidats Résultat Statut
HENNEQUART Michel M-NC 23.95% Ballotage
COULON Laurent SOC 47.2% Ballotage
MALPAUX-DUPONT Chantal VEC 3.73% -
BURLION Jean-Paul COM 5.14% -
BULTEZ Pascal FN 19.99%

Il y a 52% des électeurs sulpiciens qui sont pécheurs

Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 968
Abstentions 502 51.66
Votants 466 48.14
Blancs ou nuls 11 1.14 2.36
Exprimés 455 47 97.64


Même au Code électoral H.P.Q. n’y connait rien

J’ai constaté l’absence sur le bureau de vote

à Saint Souplet et à Escaufourt:

*de la liste des assesseurs désignés par les candidats.

*de la liste des délégués des candidats.

*de la liste des votes par procuration.

De plus Quoniou s’est fait remonter les bretelles par Monsieur le Préfét à qui il a oublié d’envoyer les résultats des élections…

il est TUNIQUE dans son genre….

LES ELECTIONS Fonctionnement d’un bureau de vote

1-L’agencement des bureaux de vote

Chaque commune est divisée, par arrêté préfectoral, en autant de bureaux de vote que l’exigent les circonstances locales et le nombre d’électeurs. Afin de faciliter le bon déroulement des opérations électorales, il est préconisé de ne pas excéder le nombre de 800 à 1 000 électeurs inscrits par bureau.

L’agencement des bureaux de vote est le suivant :

- La table de décharge :


Les électeurs prennent sur cette table l’enveloppe et les bulletins de vote qui sont mis à leur disposition et qui correspondent à ceux que la commission de propagande a fait parvenir à leur domicile.

Cette table est généralement placée à l’entrée du bureau de vote. 

- La table de vote :
 

C’est à cette table que siègent les membres du bureau de vote.
Sur cette table sont disposés :

- une urne dont 4 faces au moins sont transparentes et munies de deux serrures différentes - la liste d’émargement

- le code électoral

 - l’arrêté ou le décret de convocation des électeurs - l’arrêté préfectoral avançant l’heure d’ouverture du scrutin ou retardant son heure de clôture

- l’instruction n°76-28 du 23 janvier 1976 relative aux modalités d’exercice du droit de vote par procuration

- la liste des candidats

- une liste comprenant les noms du président du bureau de vote et de son suppléant, ainsi que ceux des assesseurs désignés par les candidats ou les têtes de liste, et éventuellement de leurs suppléants

- la liste des délégués titulaires et suppléants désignés par les candidats ou les têtes de liste pour contrôler les opérations électorales

- les cartes électorales qui n’ont pas été remises au domicile des électeurs

- les enveloppes de centaines

- Les isoloirs :


Il y a normalement au moins un isoloir pour 300 électeurs inscrits.

- Les tables de dépouillement :


Elles seront utilisées à la clôture du scrutin. Leur nombre ne doit pas être supérieur à celui des isoloirs. Elle sont disposées de telle sorte que les électeurs puissent circuler autour.

- Les affiches :

Doivent être affichés dans chaque bureau de vote.

- dans les communes de plus de 5 000 habitants,un avis rappelant les pièces d’identité que doit présenter l’électeur.


- une affiche reproduisant les dispositions du code électoral relative à la liberté et au secret du vote.
- éventuellement l’arrêté préfectoral avançant l’heure d’ouverture ou retardant l’heure de clôture du bureau de vote.  

2-Le déroulement du scrutin

La composition du bureau de vote :

Pour suivre le bon déroulement des opérations de vote, un bureau de vote est constitué dans chaque bureau et est composé de :

- un président
- au moins 4 assesseurs
- un secrétaire
Il n’est pas indispensable que tous les membres du bureau siègent.

Il faut qu’il y ait en permanence : - le président du bureau de vote ou, à défaut, le plus âgé des assesseurs
- au moins 2 assesseurs titulaires.

L’électeur dans le bureau de vote :


L’électeur se présente au bureau de vote qui lui est indiqué sur sa carte électorale dès l’ouverture du scrutin.

Le scrutin se déroule de 8 heures à 18 heures mais il peut être avancé ou retardé par arrêté préfectoral.

Ainsi, dans les grandes villes il est souvent clos à 20 heures.
 

Pour voter, l’électeur doit être inscrit sur la liste électorale du bureau de vote où il se présente.

Dans les communes de moins de 5 000 habitants, il peut voter en présentant sa carte électorale ou une pièce d’identité.

En revanche, dans les communes de 5 000 habitants et plus, il doit nécessairement présenter une pièce d’identité.

L’opération de vote se déroule alors en plusieurs étapes :

1 – L’électeur se présente à la table où sont déposés les bulletins et les enveloppes.

Son inscription sur les listes électorales est vérifiée, il prend une enveloppe, un bulletin de vote de chaque liste ou candidat. Il est important qu’il prenne plusieurs bulletins de vote afin de préserver la confidentialité de son choix.

L’électeur peut également se rendre au bureau de vote avec les documents électoraux qui lui ont été envoyés à son domicile.

2 – L’électeur se rend à l’isoloir. Le passage par l’isoloir est obligatoire dans tous les cas afin de garantir le caractère secret et personnel du vote.

3 – Il se présente devant l’urne où le président du bureau ou son suppléant vérifie son identité en lisant à voix haute la pièce d’identité ou la carte électorale qu’il lui présente.

4 – Le président ou son suppléant constate que l’électeur n’a qu’une enveloppe, mais il ne doit en aucun cas la toucher.

L’électeur introduit lui-même l’enveloppe dans l’urne.

5 – Il signe alors la liste d’émargement en face de son nom. La personne chargée de contrôler les émargements se trouve généralement à côté de l’urne afin de faciliter les opérations de vote.

Si un électeur n’est pas en mesure de signer lui-même, un électeur de son choix peut signer pour lui avec la mention manuscrite :  » l’électeur ne peut signer lui-même « .

Si un électeur qui a voté, refuse de signer, c’est la personne chargée du contrôle des émargements qui signera à sa place. Il en sera porté mention sur le procès-verbal des opérations de vote et il sera indiqué les noms des électeurs concernés.

6 – La carte de l’électeur ou son attestation sont rendues à leur détenteur après que l’assesseur a apposé un timbre à la date du scrutin sur l’emplacement prévu à cet effet. Ce timbre n’est pas apposé si l’électeur n’a pas présenté sa carte électorale.

La clôture du scrutin :

Le scrutin est clos à 18 heures ou à 20 heures selon l’arrêté préfectoral. Le président constate publiquement l’heure de clôture du scrutin.

Aucun vote ne peut plus alors être reçu. Toutefois si un électeur est entré dans le bureau de vote avant l’heure de clôture, il peut introduire son enveloppe dans l’urne après cette heure.

Qui peut pénétrer dans le bureau de vote ?
 

Le bureau de vote n’est pas un endroit ouvert à tous et seuls peuvent y pénétrer :

- les électeurs inscrits sur les listes électorales du bureau
- les délégués des candidats ou des listes
- les membres et délégués des commissions de contrôle des opérations de vote
- les délégués du Conseil constitutionnel pour les scrutins relevant de son contrôle (référendum, élection du Président de la République.

Toute discussion ou délibération des électeurs est interdite à l’intérieur des bureaux de vote.

L’entrée de la salle de vote est également interdite à tout électeur porteur d’une arme. Le président du bureau de vote a seul la police de l’assemblée. Nulle force armée ne peut sans son autorisation être présente dans la salle ou aux alentours. Il peut faire expulser tout électeur qui troublerait ou ralentirait les opérations.

Le dépouillement des votes :

Le dépouillement commence dès la clôture du scrutin. Il est effectué par les scrutateurs aux tables de dépouillement en présence des délégués des candidats et des électeurs, et sous la surveillance des membres du bureau.

Il se décompose en plusieurs étapes :

- Les membres du bureau dénombrent les émargements.

L’urne est ouverte, le nombre d’enveloppes, ainsi que de bulletins sans enveloppe, est vérifié :

il doit être conforme aux émargements.

Dans le cas contraire, il en est fait mention au procès-verbal. - Les enveloppes contenant les bulletins sont regroupées par paquet de 100.Elles sont introduites dans des enveloppes prévues à cet effet (enveloppes de centaine).

Ces enveloppes sont cachetées.

Le président du bureau et au moins deux assesseurs représentant les listes ou les candidats, les signent.

Le dernier paquet d’enveloppes qui compte moins de 100 bulletins, est également introduit dans une enveloppe de centaine sur laquelle est indiqué le nombre d’enveloppes contenues.

Cette mise sous enveloppe ne s’effectue pas lorsque moins de 100 électeurs ont voté dans le bureau de vote.

- Les enveloppes de centaine sont réparties entre les tables de dépouillement et ouvertes par les scrutateurs.

- Un scrutateur ouvre les enveloppes de vote une à une, déplie le bulletin et le passe à un autre scrutateur qui le lit à voix haute et intelligible.Les noms portés sur les bulletins sont relevés sur des feuilles préparées à cet effet et par au moins deux scrutateurs.

Toute autre procédure peut entraîner l’annulation de l’élection.

- Puis les scrutateurs signent les feuilles de pointage et les remettent au bureau, ainsi que les bulletins et enveloppes dont la validité leur a paru douteuse ou a été contestée par des électeurs ou des délégués des candidats.

C’est le bureau qui décidera alors de la validité d’un bulletin ou d’une enveloppe.

- Le bureau arrête alors le nombre de suffrages exprimés , le nombre des suffrages blancs et nuls et le nombre de suffrages obtenus par chaque candidat ou chaque liste.

Le procès-verbal :


Il retrace le déroulement des opérations, est rédigé par le secrétaire du bureau dans la salle de vote, et ce, immédiatement après le dépouillement et en présence des électeurs.

Il comporte :

- le nombre des électeurs inscrits
- le nombre des votants
- le nombre de suffrages exprimés
- le nombre de suffrages recueillis par chaque candidat ou par chaque liste
- le nombre d’électeurs qui n’ont pas retiré leur carte électorale alors qu’elle était tenue à leur disposition au bureau de vote
- toute réclamation des électeurs ou des délégués des candidats ou des listes, ainsi que les décisions motivées prises par le bureau sur les incidents qui ont pu se produire

Le procès-verbal est établi en 2 exemplaires sur des imprimés fournis par la préfecture.

Il est signé par tous les membres du bureau et contresigné par les délégués des candidats ou des listes en présence.

S’ils refusent, mention en est faite au procès-verbal.

La proclamation des résultats


Une fois, le procès-verbal établi, le résultat est proclamé en public par le président du bureau et affiché par ses soins en toutes lettres dans la salle de vote, avec les indications suivantes :

- le nombre d’électeurs inscrits
- le nombre de votants
- le nombre de suffrages exprimés
- le nombre de suffrages recueillis par chacun des candidats ou listes

Votre bien dévoué

marius szymczak



Ecrivain public

Écrivain public, la Sulpicienne Nathalie Ficot rend poète qui veut

mercredi 09.02.2011, 05:08La Voix du Nord

 Outre des poèmes à la carte, Nathalie propose aussi des créations calligraphiées.

Outre des poèmes à la carte, Nathalie propose aussi des créations calligraphiées.

| LE VISAGE DE L’ACTUALITÉ |

Nathalie Ficot est écrivain public… Elle a d’ailleurs créé son auto-entreprise en mai 2010, en parallèle de son emploi d’adjoint administratif. Mais n’allez pas croire que la Sulpicienne rédige des courriers administratifs. Non, son truc à elle, c’est la littérature, et la poésie en particulier. À ses clients, elle propose donc corrections de textes, créations calligraphiées ou poèmes personnalisés.

 

PAR ALICIA GAYDIER

OAS_AD(‘Position1′);Ecrivain public dans Mon regard

caudry@lavoixdunord.fr

Écrire un poème à l’être aimé pour la Saint-Valentin… En voilà une bonne idée ! Mais de là à trouver les bonnes rimes, il y a un pas. Ce pas, Nathalie Ficot propose à ses clients de le franchir pour eux. Depuis mai 2010, cette Sulpicienne de 44 ans, a en effet crée son auto-entreprise spécialisée dans les travaux d’écriture.

« J’écris depuis toujours à titre personnel », raconte Nathalie. Quand il s’agit de remonter dans ses souvenirs, elle se rappelle d’une anthologie de poésie qu’on lui avait offerte à l’âge de 10-12 ans. « J’ai commencé à écrire des poèmes, poursuit-elle.

En sixième, je les faisais lire à ma prof de français. » Plus tard, Nathalie se lance dans des études de comptabilité et devient adjoint administratif au ministère de l’Intérieur, pour lequel elle travaille encore aujourd’hui à Saint-Quentin. Mais la poésie, « ça m’a toujours poursuivie », assure-t-elle. En 1999, elle publie à compte d’auteur un recueil, « Réminiscences ». Puis, une pause. Et il y a quelques temps, « la mouche m’a de nouveau piquée ! », s’amuse-t-elle.

Démarche locale

C’était fin août 2009, à l’occasion de l’exposition de la Saint-Louis au foyer rural de Saint-Souplet. Le thème choisi était celui de la poésie. Alors, Nathalie y a présenté ses travaux de calligraphie et certains de ses écrits. « Généralement, ça plaît, ça surprend , constate-t-elle. Et puis, le but de ma démarche est aussi de faire découvrir la littérature aux gens d’ici. De montrer qu’il ne faut pas forcément partir à Lille ou à Paris. » En mai dernier, la Sulpicienne crée donc, en parallèle de son activité, son auto-entreprise de travaux d’écriture. Elle suit une formation d’écrivain public par le biais du Centre national d’enseignement à distance (CNED). Mais son truc n’est décidément pas de rédiger des courriers administratifs. L’idée qu’elle en tête est d’offrir ses services pour des réalisations plus littéraires. Correction de manuscrits, créations calligraphiées et même composition de poèmes à la demande… Nathalie prête sa plume à ceux qui le souhaitent.

Pour rédiger un poème personnalisé, elle rencontre pendant une heure la personne qui souhaite l’offrir : parents de futurs mariés pour leur discours, jeunes parents pour le faire-part de l’enfant à naître… Et le plus souvent, cela tombe juste. « En général, je cible bien », reconnaît la poète. La demande pour ce type de service, facturé entre 40 et 60 E selon la présentation, n’est pas encore très importante… Mais Nathalie entend développer cette offre, par exemple avec une opération pour la fête des Mères. En revanche, elle corrige en ce moment pas moins de trois manuscrits.

« Beaucoup de gens écrivent, mais le laissent dans un tiroir… Alors pourquoi ne pas leur proposer mon aide ? », résume Nathalie Ficot. Et la poète a elle aussi encore des rimes en stock. À compte d’auteur toujours, elle envisage de publier deux recueils, C’est sûr, la poésie la poursuit ! •

 

 

 

Pour avoir plus de visites sur votre blog inscrivez-vous dans: Annuaire Blog



La vie scolaire

La voix du Nord 24/11/2010 

SAINT-SOUPLET- ESCAUFOURT

Renouvellement du bureau des parents d’élèves

L’assemblée générale de l’Association des parents d’élèves s’est dérouléeà la salle des associations. Au côté de la présidente, Nadège François, on notait la présence du maire, Henri Quoniou, des conseillers et du personnel enseignant.

Après lecture du rapport moral, le bilan financier a fait apparaître un bilan positif, mais avec une réserve qui diminue du fait de l’augmentation du nombre d’enfants qui fréquentent l’école, et des ressources qui n’augmentent pas en proportion, alors que lecoût d’achat des différents produitsaugmente. « Cependant, nous ferons, pour cette année qui commence, le maximum pour garder toutes ces activités, à condition que toute l’équipe soit solidaire et soudée avec le conseil d’école, et que la municipalité continue de nous soutenir au maximum de ses possibilités », a souligné Nadège François.

L’assemblée générale s’est terminée par le renouvellement du bureau, qui ne fut que partiel car celui-ci est élu pour trois ans. La secrétaire, Sandrine Wotzak, qui a démissionné en cours d’année, a été remplacée par la vice-secrétaire Roselyne Fourmentreaux.

Le nouveau bureau se compose de la façon suivante : présidente, Nadège François vice-présidente, Valérie Lalue-Desterme trésorière, Véronique Poulain vice-trésorière, Christine Lefebvre secrétaire, Roselyne Fourmentreaux vice-secrétaire, Sabrina Botte.



La Honte

Quel accueil pour les marcheurs et tu n’as pas honte Monsieur le Maire!

Il est vrai que lorsqu’un homme n’a plus d’honneur peu importe le reste…

Il était pourtant si simple de dire à l’association organisatrice de la marche que la commune de Saint Souplet était incapable de recevoir en fin de parcours les marcheurs, une autre commune se serait dévouée pour les accueillir humainement…

Nous sommes tous à la même enseigne: HONTE d’être Sulpicien de par la conduite de la commune par un dictateur (il faut appeler un chat: un chat) et par la réception des marcheurs au foyer FRANCIS CUNOT, organisée par la commune sous les ordres de HPQ.

Ne dites à personne que vous habitez à Saint Souplet

Honteusement votre

marius szymczak




Archives pour la catégorie Mon regard

Voyage dans le passé?…ce n’est pas dépassé… c’est à venir??

AFP

22/09/2011 à 22:42

La vitesse de la lumière et Einstein dépassés

par une particule ?

« Totalement inattendu », « étonnant »… les physiciens n’en

croyaient pas leurs instruments mais ils pensent bien

avoir mesuré une particule dépassant la vitesse de la

lumière, pourtant considérée comme une « limite

infranchissable » dans la théorie d’Einstein.

Portrait non daté d'Albert Einstein photo : AFP

Selon les mesures effectuées par les spécialistes de l’expérience internationale Opera, des neutrinos – particules élémentaires de la matière – ont parcouru les 730 km séparant les installations du CERN à Genève du laboratoire souterrain de Gran Sasso (Italie) à une vitesse de 300.006 kilomètres par seconde, soit 6 km/s de plus que la vitesse de la lumière.

« Autrement dit, sur une +course de fond+ de 730km, les neutrinos franchissent la ligne d’arrivée avec 20 mètres d’avance » sur la lumière si elle avait parcouru la même distance à travers l’écorce terrestre, précise le CNRS.

Et il ne s’agit pas d’un exploit unique: les résultats publiés par le CERN et le CNRS sont le fruit de trois ans de données et de l’observation de plus de 15.000 neutrinos, avec une marge d’erreur record de seulement 10 milliardièmes de seconde.

à lire aussi

« Je ne m’attendais pas du tout à ça, on a passé six mois à refaire tout de zéro », a expliqué jeudi à des journalistes Dario Autiero, chercheur à l’Institut de physique nucléaire de Lyon et responsable de l’analyse des mesures d’Opera.

Recalibrage des instruments de mesures par les plus grands experts indépendants, vérification des relevés topographiques, du tunnel à particules… même la dérive des continents et le séisme dévastateur de L’Aquila ont été pris en compte.

Les scientifiques internationaux ont traqué la moindre faille dans leur expérience sans parvenir à un résultat différent: les neutrinos semblent bel et bien avoir voyagé plus vite que la lumière, défiant du même coup la théorie de la relativité d’Einstein!

« Compte tenu de l’énorme impact qu’un tel résultat pourrait avoir pour la physique, des mesures indépendantes s’avèrent nécessaires afin que l’effet observé puisse être réfuté ou bien formellement établi », souligne le CNRS.

« C’est pourquoi les chercheurs de la collaboration Opera ont souhaité ouvrir ce résultat à un examen plus large de la part de la communauté des physiciens » et l’ont publié, ajoute l’organisme de recherches français.

Appels à la prudence

Si la mesure est confirmée, ses implications défient encore la compréhension.

Pour Pierre Binetruy, directeur du Laboratoire Astroparticules et cosmologie à Paris, cela peut vouloir dire que « des particules ont trouvé un raccourci dans une autre dimension », et donc qu’il existerait dans l’univers davantage que les quatre dimensions (les trois dimensions dans l’espace auxquelles s’ajoute celle du temps).

« Il se peut aussi que la vitesse de la lumière ne soit pas la vitesse limite », estime-t-il, tout en soulignant que le record battu par le neutrino ne signifierait pas forcément « qu’Einstein s’est trompé ».

« Einstein n’a pas prouvé que Newton avait tort, il a trouvé une théorie plus générale » qui s’est superposée à celle de Newton. « Newton est correct quand la vitesse est petite par rapport à celle de la lumière », a renchéri Stavros Katsanevas, directeur adjoint de l’Institut de physique nucléaire.

De la même manière, la trouvaille d’Opera pourrait signifier que la théorie d’Einstein « est valable dans certains domaines mais qu’il existe une théorie encore plus globale, comme des poupées russes (…) ça ouvre de nouveaux champs », ajoute M. Binetruy.

Tout en se réjouissant des nouvelles perspectives qui s’offent à eux, les physiciens appellent à la plus grande « prudence » tant que les mesures n’auront pas été « vérifiées avec un système complètement différent », insiste Dario Autiero.

C’est le but visé par le projet Minos aux Etats-Unis, qui était déjà parvenu voici quelques années, entre le Fermilab de Chicago et une mine proche de la frontière canadienne, à un résultat similaire à celui d’Opera.

A l’époque, la marge d’erreur était jugée trop importante pour que la mesure soit recevable, mais les chercheurs américains planchent désormais sur une nouvelle expérience d’une précision sans précédent. Elle devrait aboutir d’ici environ trois ans, selon Stavros Katsanevas.

 

Même la justice…La même justice pour tous…??

Maintien en détention de Pierre

Pichoff, le juge de Béthune

soupçonné de corruption

mercredi 20.04.2011, 18:35La Voix du Nord

Maintien en détention du juge de Béthune soupçonné de corruption

Maintien en détention du juge de Béthune soupçonné de corruption

Pierre Pichoff, 58 ans, le juge de Béthune soupçonné d’avoir perçu de l’argent en échange de décisions complaisantes, restera en détention provisoire, a décidé ce mercredi la cour d’appel de Paris.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel a confirmé la décision du juge des libertés et de la détention (JLD), a annoncé la cour d’appel.

OAS_AD(‘Position1′);Même la justice...La même justice pour tous...?? dans Judiciaire

Le juge de Béthune, qui présidait des audiences correctionnelles, est soupçonné d’avoir monnayé des décisions complaisantes. Il a été mis en examen le 20 janvier à Lille pour corruption passive, trafic d’influence et tentative d’escroquerie et mis en détention provisoire. Il est soupçonné d’avoir perçu plusieurs milliers d’euros ces quatre dernières années pour influencer le cours de certaines décisions rendues par le
tribunal correctionnel de Béthune.

L’enquête, récemment dépaysée à Paris, avait été ouverte à la suite de courriers anonymes envoyés aux policiers du Pas-de-Calais. Le magistrat risque une peine maximale de 10 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende.

 

Notre délinquant en écharpe tricolore ayant dilapidé quelques 120 000.00 euros, pour ceux qui comptent encore en anciens francs cela représente environ quatre vingts millions de nos anciens francs a été soupçonné de fraude…

et mis au coin tout simplement.

Des hommes, des braves

[EXCLUSIF] Comines : démission collective au conseil municipal

vendredi 18.02.2011, 16:50La Voix du Nord

Henri Ségard - PHOTO LA VOIX Henri Ségard – PHOTO LA VOIX

| Métropole lilloise |

Comme nous l’annoncions, 18 conseillers municipaux de Comines ont décidé de démissionner à la suite d’une crise majeure de 14 mois.

 

 

Henri Ségard et les 17 élus qui le suivent dans une scission depuis 14 mois, ont annoncé leur démission du conseil municipal. Alain Detournay, le maire, a reçu la copie du courrier envoyé au préfet faisant état de cette démission collective qui conduira les Cominois à de nouvelles élections, dont la date n’est pas connue pour l’instant.

OAS_AD(‘Position1′); Comines connaît une crise depuis octobre 2009, quand une majorité d’élus a décidé de ne plus accorder leur confiance au maire, Alain Detournay, désigné comme successeur d’Henri Ségard en 2006 puis élu deux ans plus tard.

Plusieurs épisodes ont rythmé la vie municipale, jusqu’au refus par le groupe ayant fait scission de voter le budget pour 2011. Le maire avait fait savoir qu’il ne présenterait plus le budget en conseil municipal. Jugeant que la situation n’était plus tenable, Henri Ségard a préféré stopper les hostilités et provoquer un retour aux urnes.

Alain Detournay, le maire, a reçu la copie du courrier envoyé au préfet faisant état de cette démission collective qui conduira les Cominois à de nouvelles élections.

A lire dans l’édition de Tourcoing-Lys de samedi

Pont-sur-Sambre : Vers une démission du conseil municipal dans

sa totalité ?

mardi 19.04.2011, 15:35La Voix du Nord

| Hainaut |

Les problèmes sont loin d’être résolus au sein du conseil municipal de Pont-sur-Sambre.

Le budget n’a toujours pas été voté alors que la date limite (le 30 avril) approche à grands pas.

 

 

Lundi soir le maire Alain Bortolus a fait une nouvelle tentative de le faire passer. En vain. Le budget n’était pas à l’ordre du jour et les six conseillers opposants présents n’ont pas souhaité passer au vote.

 

Verrons nous cela à Saint Souplet??…alors ils partiront par une autre voie où par d’autres voix.

Les Rameaux, Le Chapelle Saint Roch, Le camion des pompiers

La statue de saint Roch a retrouvé sa chapelle… dûment remise en état

mardi 19.04.2011, 05:09

La Voix du Nord

 Le replacement de la statue de saint Roch s'est effectué en même temps que les célébrations de la fête des Rameaux.

Le replacement de la statue de saint Roch s’est effectué en même temps que les célébrations de la fête des Rameaux.

| SAINT-SOUPLET-ESCAUFOURT |

La cérémonie des Rameaux a été l’occasion d’une manifestation particulière …

dans la commune : la remise de la statue de Saint Roch dans sa chapelle. Chapelle qui a été construite en 1689, remise en état en 1913, puis qui était restée dans l’oubli, avec une dégradation qui s’intensifiait au fil des ans.

OAS_AD(‘Position1′);Les Rameaux, Le Chapelle Saint Roch, Le camion des pompiers dans Mon regard

Vu l’état où se trouvait la chapelle, des personnes bien avisées avaient pris soin d’enlever la statue et de la mettre en sûreté dans l’église.

La statue de saint Roch, en bois, dans ses couleurs originales bien conservées, a été bénie par l’abbé Gilbert Duhaubois et par le diacre Michel Carlier, avant que l’assistance présente n’entonne quelques cantiques et prières.

Car toute cette cérémonie s’est déroulée devant de très nombreuses personnes qui attendaient, les rameaux de buis à la main, leur bénédiction.

Ce fut également l’occasion de procéder à la bénédiction du nouveau camion des pompiers.

La cérémonie à la chapelle étant terminée et la statue ayant regagné sa place, une procession s’est organisée pour rejoindre l’église pour assister à la messe des Rameaux. • R. L. (CLP)

Bénédiction du véhicule de secours

mardi 19.04.2011, 05:09La Voix du Nord

 dans Municipalité

Dimanche, lors de la cérémonie des Rameaux, l’abbé Gérard Duhaubois a procédé à la bénédiction du nouveau véhicule sulpicien.

Lettre de démission de Nicolas Sarkozy

Lettre de démission de Nicolas Sarkozy

Françaises, Français, mes chers compatriotes,

Lorsque je fais Le bilan du temps écoulé, que je passe en revue tous les événements qui se sont produits et les transformations que j’ai tenté d’apporter à notre société depuis mon élection (je vous rappelle que c’est vous qui m’avez élu en mai 2007), je me dis que les Français sont d’éternels insatisfaits et que quoi qu’on fasse, Il y a toujours 50 % de mécontents, le reste n’étant pas heureux non plus.

Même si j’ai parfois un peu dérapé, j’ai voulu que notre pays entre dans la modernité.

Alors, Carla et moi avons décidé de vous offrir Le plus beau cadeau que vous semblez appeler de tous vos vœux.

Je vous présente ici ma démission de Président de la République française et j’ai décidé de partir au bout du monde avec Carla et toute ma petite famille, avec notre «bling bling» qui vous fait tellement rigoler, ma Breitling à 58000 euros, et tout Le reste…

Je vais vendre mon magnifique appartement de Neuilly-sur-Seine que vous aimeriez bien posséder, et je vais vivre avec l’argent qu’il me rapportera, ainsi qu’avec les retraites que je vais toucher de toutes mes précédentes fonctions… Enfin… Tant que les caisses pourront payer.

Nous bronzerons nos corps de riches sur les yachts de Vincent (Bolloré), nous irons visiter à nouveau les pyramides en compagnie de notre ami Le roi du Maroc, et surtout vous arrêterez de nous casser les bonbons avec vos éternelles jérémiades.

Je n’aurai plus à m’occuper de tous ces connards d’étudiants encapuchonnés, qui pensent à la retraite avant de penser à travailler, et qui sont toujours prêts à casser du CRS, et le ministre de l’éducation, quel qu’il soit.

Je n’aurai plus à serrer la main de tous ces guignols de syndicalistes de merde qui font chier tous les français avec leurs grèves à répétition, malgré leurs seulement 7% de représentativité, malgré les très gras salaires de syndicalistes qu’ils encaissent, et qui croient avoir la solution à tous les problèmes actuels en appliquant à la France les principes qui ont mené l’URSS à sa perte, et son peuple à la famine et la misère, et qui refusent de participer, au nom d’un sectarisme archaïque, au nom d’avantages acquis et pour beaucoup obsolètes, et qui contribuent à appauvrir un peu plus le pays.

Je ne verrai plus les tronches de cake des socialistes toujours prêts à défendre les sans-abris, mais qui eux, les pauvres, habitent Place des Vosges et dans le septième arrondissement, qui défendent la diversité et Le multiculturalisme, mais qui envoient leurs enfants dans des écoles d’élites ou les seuls musulmans sont les rejetons d’ambassadeurs et d’hommes d’Etats.

Je n’aurai plus à m’emmerder avec des diplomates chinois constipés par leur riz mélaminé, ni avec des islamistes barbus qui détruisent les églises dans leurs pays pendant qu’ils réclament des mosquées chez nous, qui sont assez cons pour se faire sauter au nom de l’Islam et d’un prophète, dont Ataturk disait que  » l’Islam est la théologie absurde d’un bédouin immoral « .

Fini, de me laisser emmerder par tous ces « penseurs » qui veulent faire croire aux français que notre pays est une dictature, un pays où la police est prête à casser de l’immigré, et qui ne sont pas foutus de voir que si les immigrés ne semblent pas être pressé de retourner chez eux, c’est parce que là bas, la police les massacreraient pour de bon, s’ils osaient brûler une seule voiture.

Fini de me laisser emmerder par ceux qui prétendent que la déferlante du tiers monde est une chance pour la France, mais qui gueulent que les flics ne sont jamais là quand on a besoin d’eux, dès qu’un arabe touche à leur bagnole ou pique Le portable de leur fils.

Fini, les grèves de la SNCF et de la RATP, déclenchées par des mecs qui sont chouchoutés comme s’ils fourraient encore du charbon dans des locomotives à vapeur, qui font un caca nerveux dès qu’on leur demande une minute de travail supplémentaire, payée double en plus, mais qui voyagent gratuitement sur toutes les lignes, toute l’année, et même pendant les vacances.

Bon débarras de ces fonctionnaires qui fonctionnent à l’envers et qui trouvent Le moyen, en étant deux fois plus nombreux par habitant qu’aux Etats-Unis ou qu’en Allemagne, sans parler du Japon, de fournir un service trois fois plus mauvais.

Terminé, les journalistes qui passent leur temps à critiquer mon train de vie, et qui voudraient bien avoir Le même, et qui sont tout heureux quand je les emmène se balader aux quatre coins du monde, aux frais du contribuable.

Ras le bol de ces bras cassés de l’équipe de France qui se prend pour le nombril du monde, qui crache sur la France en coulisse, et qui n’est même pas foutue de gagner des matchs pour justifier des énormes salaires qu’on leur sert.

Alors je pars et je vous laisse dans la merde que vous avez vous-mêmes créée.

Débrouillez vous avec Aubry, avec la CGT, avec le Parti Communiste aux mains ensanglantées de plus cent millions de morts et qu’on n’ose même pas interdire, avec la Fédération des Parents d’Elèves qui s’intéresse plus à défendre l’idéologie gauchiste, les enseignants, que leurs propres enfants, avec le nucléaire qui pourtant nous sauve un peu de la panade, avec les heures sup. que vous avez volées parce que pendant les heures payées vous avez tiré au flanc, avec le chômage qui incite à tout, sauf à retrouver du travail, avec la retraite à 55 ans, avec le sida, EDF GDF, le Dalaï-Lama, BHL et Fabius, et tant pis pour Canteloup et Ruquier.

Arrangez-vous avec la hausse du pétrole qui va bientôt repartir, avec la récession, la vraie, qui n’est pas prête de se terminer, tandis que des pays moins cons que vous sont en plein boum économique. Vous qui avez voulu être plus malins que les autres, qui avez cru que vous alliez pouvoir placer votre argent mieux que votre voisin de palier, et qui, aujourd’hui demandez à l’Etat de prendre en charge vos pertes en les déduisant de vos impôts. Quand est ce que vous comprendrez que l’Etat, c’est pas votre maman ?

Demandez aux socialistes, demandez à Ségolène Royal, Madame «je-sais-tout-sur-tout-et-vous-offrirai-la-belle-vie-si-vous-votez-pour-moi» et son «Désir d’Avenir», définitivement embourbé dans un passé sans espoir.

Réclamez lui, au maire de Paris dit « Bertrand l’embrayage », qu’il libère la profession de chauffeur de taxis, et qu’on puisse enfin trouver des taxis à tous les coins de rue, à toute heure du jour et de la nuit, et pour cinq euros la course, comme à New York ou à Berlin, puisqu’il a rendu les routes impraticables. Demandez qu’il supprime cet escroquerie obligatoire qu’est le service à 15% dans les cafés et les restaurants, quand on vous sert avec la soupe à la grimace.

Demandez leur de vous faire travailler moins pour gagner plus, car on dirait bien que vous n’avez pas encore compris que les trente cinq heures, elles vous ont gravement appauvri, et que nos concurrents s’en frottent encore les mains. Demandez leur de rétablir un peu de démocratie dans notre horrible pays, demandez leur de combler vos fins de mois difficiles, et de vous payer vos prochaines vacances en Guadeloupe (tiens ! je les avais oubliés les assistés des DOM-TOM).

Demandez leur par la même occasion de prendre leur argent aux riches pour le donner aux pauvres – que vous êtes forcément – alors que vous voudriez bien devenir riches.

Et quand les riches seront pauvres et qu’ils ne sauront plus à qui prendre l’argent, moi je serai L.O.I.N et H.E.U.R.E.U.X, sans vous bien sûr, qui avez souhaité mon départ avec tant de ferveur.
Mes chers compatriotes, je vous laisse à vos grèves pour la retraite, à vos fantasmes d’enfants gâtés qui ridiculisent la France (vous me direz, depuis la coupe du monde, on est les champions du ridicule). Je vous souhaite l’avenir de merde que vous avez bien cherché, et que vous êtes en train d’atteindre.

Carla et moi vous em…..brassons.

Par Jean-Patrick Grumberg – Publié dans : France

Les élections cantonales des 20 et 27 mars 2011

La barre était trop haute pour Michel HENNEQUART

Canton du Cateau : Laurent COULON (PS) réélu sans surprise aucune.

 

 

OAS_AD(‘Position1′);

Il est arrivé en tête au Cateau et dans 16 des 17 communes alentours : Laurent Coulon (PS) a été réélu ce soir sans surprise aucune.La seule commune qui lui a échappé est celle de Mazinghien commune qui a pour maire Michel Hennequart (SE), l’adversaire de Laurent Coulon. Deux hommes qui ont échangé une longue poignée de main à l’issue de l’anonce du résultat, histoire de dire qu’il fallait maintenant reprendre le travail, ensemble.

OAS_AD(‘Position1′);

Plus de détails dans votre édition de Cambrai-Caudry demain

la Voix du Nord


Michel HENNEQUART écrit: « HALTE AU GASPILLAGE DE L’ARGENT PUBLIC »

C’est une très bonne chose, il faut que les deniers publics soient gérés sainement.

Maire de Mazinghien, il siège à la communauté des communes, que fait-il pour arrêter la pollution lumineuse qui est scandaleuse, dilapider l’argent du contribuable pour l’éclairage public qui fonctionne toutes les nuits et une partie de la journée.

Il faudrait qu’il s’exprime sur ce sujet que j’ai abordé quelques lignes plus bas…

Merci Monsieur HENNEQUART de nous apporter quelques informations à ce sujet pour nous « éclairer ».

 

pdf gaspillage.pdf

Des tonnes de promesses pré-électorales comme l’a fait à 2 reprises notre très cher Henri QUONIOU qui une fois élu est allé à la déchetterie vider le camion de promesses…

Nous en conviendrons que sans promesse: point d’élection possible…

 

 

sourispolllum.png

La dépense d’électricité s’élève à 30 000.00 euros par an, par délibération du conseil municipal du 23 septembre 2008 Décision modification budgétaire N°2 cette dernière est passée à 33 000.00 euros par an (Article 60612).De quoi se révolter quand on constate que nos rues sont éclairées toutes les nuits et que rien n’est fait pour que cela change. C’est cela la gestion façon Quoniou…En électricité U= RI, tu vas te faire juter Monsieur le Maire.

Message d’une fidèle lectrice:

Pour ce qui concerne l’éclairage public, des contacts avaient été pris en 2002 en vue de provoquer une étude pour l’amélioration ………

Monsieur le Maire, à l’époque, a pris en charge le dossier: vous voyez où nous en sommes!! Par contre les dettes pour des peccadilles: il a su faire!!

LA COMMUNAUTE DES COMMUNES:

Depuis le 01/01/2010 c’est la communauté des communes qui est en charge de gérer l’éclairage public.Il ne faut pas tout mettre sur le dos de notre pauvre H.P.Q.Le 11 octobre 2010, je me suis entretenu avec Monsieur le Président de la Communauté de Communes, Monsieur DEVAUX, Maire de Beauvois:Je lui ai montré une photo de la rue de l’arbre de guise à Saint Souplet, prise à 7 heures le matin, courant Juin dernier, sur laquelle on constate l’éclairage public en fonction alors que le jour est levé depuis un bon moment, je lui ai demandé ce qu’il en pensait, il a balayé d’un revers de la main cette photo, d’un air méprisant, je crois que lui et moi n’allons pas être de bons amis avec une telle attitude.

Quand j’en aurais terminé avec H.P.Q. je risque fort bien d’éclairer 2VO.

De notre entretien, il en ressort que tout le monde doit être logé (éclairé) à la même enseigne et que nos villages resteront éclairés toutes les nuits.

Il a le droit de gérer Beauvois comme il le veut, ce n’est pas mon affaire.

La mauvaise gestion de Saint Souplet par H.P.Q., j’en fais mon affaire. Quant à Monsieur le Président de la Communauté des Communes, s’il compte gérer les communes comme gère la sienne H.P.Q. , ce sera mon affaire, et il y a là un risque d’électrocution pour Monsieur 2VO.L’hiver approche alors, pourquoi ne pas laisser l’éclairage public fonctionner jour et nuit, de façon à pouvoir réchauffer l’atmosphère??Mes respectueuses salutations Monsieur DEVAUX… à très bientôt.

eclairagepublic001.jpg

Il ne faut pas oublier qu’une part non négligeable de nos impôts locaux servent à alimenter la caisse de cette communauté, je pense qu’elle doit être gérée sainement.Il serait envisageable de ne pas payer cette part et de la reverser directement au CCAS de sa commune, toutes idées seraient à étudier.

eclairagepublic002.jpg

Si Monsieur HENNEQUART a l’intention de gérer le Département comme le fait QUONIOU pour Saint Souplet ou 2VO pour la Communauté des communes, ce n’est pas un bon signe pour son succès électoral, les électeurs jugeront, la voix des urnes est la seule arme que possède le citoyen averti…

serviteur Monsieur HENNEQUART.

cm1972.jpg

CONSEILLER GENERAL

Avant Laurent nous avions notre ami Roland GRIMALDI et notre ami Pierre MAUROY.

Je suis sur la photo avec Pierre MAUROY, c’était avant hier, en 1972.

C’est maintenant Laurent COULON qui a pris la relève,

il sait se montrer digne de ses prédécesseurs.

VOTONS TOUS LAURENT COULON LE 20 MARS 2011

Cela nous évitera un second déplacement le 27 mars 2011.

laurentcoulon1.jpg

laurentcoulon2.jpg

UN POIL ET CE FUT BON

 

1er TOUR 20/03/2011

Candidats Résultat Statut
HENNEQUART Michel M-NC 23.95% Ballotage
COULON Laurent SOC 47.2% Ballotage
MALPAUX-DUPONT Chantal VEC 3.73% -
BURLION Jean-Paul COM 5.14% -
BULTEZ Pascal FN 19.99%

Il y a 52% des électeurs sulpiciens qui sont pécheurs

Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 968
Abstentions 502 51.66
Votants 466 48.14
Blancs ou nuls 11 1.14 2.36
Exprimés 455 47 97.64


Même au Code électoral H.P.Q. n’y connait rien

J’ai constaté l’absence sur le bureau de vote

à Saint Souplet et à Escaufourt:

*de la liste des assesseurs désignés par les candidats.

*de la liste des délégués des candidats.

*de la liste des votes par procuration.

De plus Quoniou s’est fait remonter les bretelles par Monsieur le Préfét à qui il a oublié d’envoyer les résultats des élections…

il est TUNIQUE dans son genre….

LES ELECTIONS Fonctionnement d’un bureau de vote

1-L’agencement des bureaux de vote

Chaque commune est divisée, par arrêté préfectoral, en autant de bureaux de vote que l’exigent les circonstances locales et le nombre d’électeurs. Afin de faciliter le bon déroulement des opérations électorales, il est préconisé de ne pas excéder le nombre de 800 à 1 000 électeurs inscrits par bureau.

L’agencement des bureaux de vote est le suivant :

- La table de décharge :


Les électeurs prennent sur cette table l’enveloppe et les bulletins de vote qui sont mis à leur disposition et qui correspondent à ceux que la commission de propagande a fait parvenir à leur domicile.

Cette table est généralement placée à l’entrée du bureau de vote. 

- La table de vote :
 

C’est à cette table que siègent les membres du bureau de vote.
Sur cette table sont disposés :

- une urne dont 4 faces au moins sont transparentes et munies de deux serrures différentes - la liste d’émargement

- le code électoral

 - l’arrêté ou le décret de convocation des électeurs - l’arrêté préfectoral avançant l’heure d’ouverture du scrutin ou retardant son heure de clôture

- l’instruction n°76-28 du 23 janvier 1976 relative aux modalités d’exercice du droit de vote par procuration

- la liste des candidats

- une liste comprenant les noms du président du bureau de vote et de son suppléant, ainsi que ceux des assesseurs désignés par les candidats ou les têtes de liste, et éventuellement de leurs suppléants

- la liste des délégués titulaires et suppléants désignés par les candidats ou les têtes de liste pour contrôler les opérations électorales

- les cartes électorales qui n’ont pas été remises au domicile des électeurs

- les enveloppes de centaines

- Les isoloirs :


Il y a normalement au moins un isoloir pour 300 électeurs inscrits.

- Les tables de dépouillement :


Elles seront utilisées à la clôture du scrutin. Leur nombre ne doit pas être supérieur à celui des isoloirs. Elle sont disposées de telle sorte que les électeurs puissent circuler autour.

- Les affiches :

Doivent être affichés dans chaque bureau de vote.

- dans les communes de plus de 5 000 habitants,un avis rappelant les pièces d’identité que doit présenter l’électeur.


- une affiche reproduisant les dispositions du code électoral relative à la liberté et au secret du vote.
- éventuellement l’arrêté préfectoral avançant l’heure d’ouverture ou retardant l’heure de clôture du bureau de vote.  

2-Le déroulement du scrutin

La composition du bureau de vote :

Pour suivre le bon déroulement des opérations de vote, un bureau de vote est constitué dans chaque bureau et est composé de :

- un président
- au moins 4 assesseurs
- un secrétaire
Il n’est pas indispensable que tous les membres du bureau siègent.

Il faut qu’il y ait en permanence : - le président du bureau de vote ou, à défaut, le plus âgé des assesseurs
- au moins 2 assesseurs titulaires.

L’électeur dans le bureau de vote :


L’électeur se présente au bureau de vote qui lui est indiqué sur sa carte électorale dès l’ouverture du scrutin.

Le scrutin se déroule de 8 heures à 18 heures mais il peut être avancé ou retardé par arrêté préfectoral.

Ainsi, dans les grandes villes il est souvent clos à 20 heures.
 

Pour voter, l’électeur doit être inscrit sur la liste électorale du bureau de vote où il se présente.

Dans les communes de moins de 5 000 habitants, il peut voter en présentant sa carte électorale ou une pièce d’identité.

En revanche, dans les communes de 5 000 habitants et plus, il doit nécessairement présenter une pièce d’identité.

L’opération de vote se déroule alors en plusieurs étapes :

1 – L’électeur se présente à la table où sont déposés les bulletins et les enveloppes.

Son inscription sur les listes électorales est vérifiée, il prend une enveloppe, un bulletin de vote de chaque liste ou candidat. Il est important qu’il prenne plusieurs bulletins de vote afin de préserver la confidentialité de son choix.

L’électeur peut également se rendre au bureau de vote avec les documents électoraux qui lui ont été envoyés à son domicile.

2 – L’électeur se rend à l’isoloir. Le passage par l’isoloir est obligatoire dans tous les cas afin de garantir le caractère secret et personnel du vote.

3 – Il se présente devant l’urne où le président du bureau ou son suppléant vérifie son identité en lisant à voix haute la pièce d’identité ou la carte électorale qu’il lui présente.

4 – Le président ou son suppléant constate que l’électeur n’a qu’une enveloppe, mais il ne doit en aucun cas la toucher.

L’électeur introduit lui-même l’enveloppe dans l’urne.

5 – Il signe alors la liste d’émargement en face de son nom. La personne chargée de contrôler les émargements se trouve généralement à côté de l’urne afin de faciliter les opérations de vote.

Si un électeur n’est pas en mesure de signer lui-même, un électeur de son choix peut signer pour lui avec la mention manuscrite :  » l’électeur ne peut signer lui-même « .

Si un électeur qui a voté, refuse de signer, c’est la personne chargée du contrôle des émargements qui signera à sa place. Il en sera porté mention sur le procès-verbal des opérations de vote et il sera indiqué les noms des électeurs concernés.

6 – La carte de l’électeur ou son attestation sont rendues à leur détenteur après que l’assesseur a apposé un timbre à la date du scrutin sur l’emplacement prévu à cet effet. Ce timbre n’est pas apposé si l’électeur n’a pas présenté sa carte électorale.

La clôture du scrutin :

Le scrutin est clos à 18 heures ou à 20 heures selon l’arrêté préfectoral. Le président constate publiquement l’heure de clôture du scrutin.

Aucun vote ne peut plus alors être reçu. Toutefois si un électeur est entré dans le bureau de vote avant l’heure de clôture, il peut introduire son enveloppe dans l’urne après cette heure.

Qui peut pénétrer dans le bureau de vote ?
 

Le bureau de vote n’est pas un endroit ouvert à tous et seuls peuvent y pénétrer :

- les électeurs inscrits sur les listes électorales du bureau
- les délégués des candidats ou des listes
- les membres et délégués des commissions de contrôle des opérations de vote
- les délégués du Conseil constitutionnel pour les scrutins relevant de son contrôle (référendum, élection du Président de la République.

Toute discussion ou délibération des électeurs est interdite à l’intérieur des bureaux de vote.

L’entrée de la salle de vote est également interdite à tout électeur porteur d’une arme. Le président du bureau de vote a seul la police de l’assemblée. Nulle force armée ne peut sans son autorisation être présente dans la salle ou aux alentours. Il peut faire expulser tout électeur qui troublerait ou ralentirait les opérations.

Le dépouillement des votes :

Le dépouillement commence dès la clôture du scrutin. Il est effectué par les scrutateurs aux tables de dépouillement en présence des délégués des candidats et des électeurs, et sous la surveillance des membres du bureau.

Il se décompose en plusieurs étapes :

- Les membres du bureau dénombrent les émargements.

L’urne est ouverte, le nombre d’enveloppes, ainsi que de bulletins sans enveloppe, est vérifié :

il doit être conforme aux émargements.

Dans le cas contraire, il en est fait mention au procès-verbal. - Les enveloppes contenant les bulletins sont regroupées par paquet de 100.Elles sont introduites dans des enveloppes prévues à cet effet (enveloppes de centaine).

Ces enveloppes sont cachetées.

Le président du bureau et au moins deux assesseurs représentant les listes ou les candidats, les signent.

Le dernier paquet d’enveloppes qui compte moins de 100 bulletins, est également introduit dans une enveloppe de centaine sur laquelle est indiqué le nombre d’enveloppes contenues.

Cette mise sous enveloppe ne s’effectue pas lorsque moins de 100 électeurs ont voté dans le bureau de vote.

- Les enveloppes de centaine sont réparties entre les tables de dépouillement et ouvertes par les scrutateurs.

- Un scrutateur ouvre les enveloppes de vote une à une, déplie le bulletin et le passe à un autre scrutateur qui le lit à voix haute et intelligible.Les noms portés sur les bulletins sont relevés sur des feuilles préparées à cet effet et par au moins deux scrutateurs.

Toute autre procédure peut entraîner l’annulation de l’élection.

- Puis les scrutateurs signent les feuilles de pointage et les remettent au bureau, ainsi que les bulletins et enveloppes dont la validité leur a paru douteuse ou a été contestée par des électeurs ou des délégués des candidats.

C’est le bureau qui décidera alors de la validité d’un bulletin ou d’une enveloppe.

- Le bureau arrête alors le nombre de suffrages exprimés , le nombre des suffrages blancs et nuls et le nombre de suffrages obtenus par chaque candidat ou chaque liste.

Le procès-verbal :


Il retrace le déroulement des opérations, est rédigé par le secrétaire du bureau dans la salle de vote, et ce, immédiatement après le dépouillement et en présence des électeurs.

Il comporte :

- le nombre des électeurs inscrits
- le nombre des votants
- le nombre de suffrages exprimés
- le nombre de suffrages recueillis par chaque candidat ou par chaque liste
- le nombre d’électeurs qui n’ont pas retiré leur carte électorale alors qu’elle était tenue à leur disposition au bureau de vote
- toute réclamation des électeurs ou des délégués des candidats ou des listes, ainsi que les décisions motivées prises par le bureau sur les incidents qui ont pu se produire

Le procès-verbal est établi en 2 exemplaires sur des imprimés fournis par la préfecture.

Il est signé par tous les membres du bureau et contresigné par les délégués des candidats ou des listes en présence.

S’ils refusent, mention en est faite au procès-verbal.

La proclamation des résultats


Une fois, le procès-verbal établi, le résultat est proclamé en public par le président du bureau et affiché par ses soins en toutes lettres dans la salle de vote, avec les indications suivantes :

- le nombre d’électeurs inscrits
- le nombre de votants
- le nombre de suffrages exprimés
- le nombre de suffrages recueillis par chacun des candidats ou listes

Votre bien dévoué

marius szymczak

Ecrivain public

Écrivain public, la Sulpicienne Nathalie Ficot rend poète qui veut

mercredi 09.02.2011, 05:08La Voix du Nord

 Outre des poèmes à la carte, Nathalie propose aussi des créations calligraphiées.

Outre des poèmes à la carte, Nathalie propose aussi des créations calligraphiées.

| LE VISAGE DE L’ACTUALITÉ |

Nathalie Ficot est écrivain public… Elle a d’ailleurs créé son auto-entreprise en mai 2010, en parallèle de son emploi d’adjoint administratif. Mais n’allez pas croire que la Sulpicienne rédige des courriers administratifs. Non, son truc à elle, c’est la littérature, et la poésie en particulier. À ses clients, elle propose donc corrections de textes, créations calligraphiées ou poèmes personnalisés.

 

PAR ALICIA GAYDIER

OAS_AD(‘Position1′);Ecrivain public dans Mon regard

caudry@lavoixdunord.fr

Écrire un poème à l’être aimé pour la Saint-Valentin… En voilà une bonne idée ! Mais de là à trouver les bonnes rimes, il y a un pas. Ce pas, Nathalie Ficot propose à ses clients de le franchir pour eux. Depuis mai 2010, cette Sulpicienne de 44 ans, a en effet crée son auto-entreprise spécialisée dans les travaux d’écriture.

« J’écris depuis toujours à titre personnel », raconte Nathalie. Quand il s’agit de remonter dans ses souvenirs, elle se rappelle d’une anthologie de poésie qu’on lui avait offerte à l’âge de 10-12 ans. « J’ai commencé à écrire des poèmes, poursuit-elle.

En sixième, je les faisais lire à ma prof de français. » Plus tard, Nathalie se lance dans des études de comptabilité et devient adjoint administratif au ministère de l’Intérieur, pour lequel elle travaille encore aujourd’hui à Saint-Quentin. Mais la poésie, « ça m’a toujours poursuivie », assure-t-elle. En 1999, elle publie à compte d’auteur un recueil, « Réminiscences ». Puis, une pause. Et il y a quelques temps, « la mouche m’a de nouveau piquée ! », s’amuse-t-elle.

Démarche locale

C’était fin août 2009, à l’occasion de l’exposition de la Saint-Louis au foyer rural de Saint-Souplet. Le thème choisi était celui de la poésie. Alors, Nathalie y a présenté ses travaux de calligraphie et certains de ses écrits. « Généralement, ça plaît, ça surprend , constate-t-elle. Et puis, le but de ma démarche est aussi de faire découvrir la littérature aux gens d’ici. De montrer qu’il ne faut pas forcément partir à Lille ou à Paris. » En mai dernier, la Sulpicienne crée donc, en parallèle de son activité, son auto-entreprise de travaux d’écriture. Elle suit une formation d’écrivain public par le biais du Centre national d’enseignement à distance (CNED). Mais son truc n’est décidément pas de rédiger des courriers administratifs. L’idée qu’elle en tête est d’offrir ses services pour des réalisations plus littéraires. Correction de manuscrits, créations calligraphiées et même composition de poèmes à la demande… Nathalie prête sa plume à ceux qui le souhaitent.

Pour rédiger un poème personnalisé, elle rencontre pendant une heure la personne qui souhaite l’offrir : parents de futurs mariés pour leur discours, jeunes parents pour le faire-part de l’enfant à naître… Et le plus souvent, cela tombe juste. « En général, je cible bien », reconnaît la poète. La demande pour ce type de service, facturé entre 40 et 60 E selon la présentation, n’est pas encore très importante… Mais Nathalie entend développer cette offre, par exemple avec une opération pour la fête des Mères. En revanche, elle corrige en ce moment pas moins de trois manuscrits.

« Beaucoup de gens écrivent, mais le laissent dans un tiroir… Alors pourquoi ne pas leur proposer mon aide ? », résume Nathalie Ficot. Et la poète a elle aussi encore des rimes en stock. À compte d’auteur toujours, elle envisage de publier deux recueils, C’est sûr, la poésie la poursuit ! •

 

 

 

Pour avoir plus de visites sur votre blog inscrivez-vous dans: Annuaire Blog

La vie scolaire

La voix du Nord 24/11/2010 

SAINT-SOUPLET- ESCAUFOURT

Renouvellement du bureau des parents d’élèves

L’assemblée générale de l’Association des parents d’élèves s’est dérouléeà la salle des associations. Au côté de la présidente, Nadège François, on notait la présence du maire, Henri Quoniou, des conseillers et du personnel enseignant.

Après lecture du rapport moral, le bilan financier a fait apparaître un bilan positif, mais avec une réserve qui diminue du fait de l’augmentation du nombre d’enfants qui fréquentent l’école, et des ressources qui n’augmentent pas en proportion, alors que lecoût d’achat des différents produitsaugmente. « Cependant, nous ferons, pour cette année qui commence, le maximum pour garder toutes ces activités, à condition que toute l’équipe soit solidaire et soudée avec le conseil d’école, et que la municipalité continue de nous soutenir au maximum de ses possibilités », a souligné Nadège François.

L’assemblée générale s’est terminée par le renouvellement du bureau, qui ne fut que partiel car celui-ci est élu pour trois ans. La secrétaire, Sandrine Wotzak, qui a démissionné en cours d’année, a été remplacée par la vice-secrétaire Roselyne Fourmentreaux.

Le nouveau bureau se compose de la façon suivante : présidente, Nadège François vice-présidente, Valérie Lalue-Desterme trésorière, Véronique Poulain vice-trésorière, Christine Lefebvre secrétaire, Roselyne Fourmentreaux vice-secrétaire, Sabrina Botte.

La Honte

Quel accueil pour les marcheurs et tu n’as pas honte Monsieur le Maire!

Il est vrai que lorsqu’un homme n’a plus d’honneur peu importe le reste…

Il était pourtant si simple de dire à l’association organisatrice de la marche que la commune de Saint Souplet était incapable de recevoir en fin de parcours les marcheurs, une autre commune se serait dévouée pour les accueillir humainement…

Nous sommes tous à la même enseigne: HONTE d’être Sulpicien de par la conduite de la commune par un dictateur (il faut appeler un chat: un chat) et par la réception des marcheurs au foyer FRANCIS CUNOT, organisée par la commune sous les ordres de HPQ.

Ne dites à personne que vous habitez à Saint Souplet

Honteusement votre

marius szymczak

PCF Bretagne : la campagne ... |
algerie, ses enfants, sa force |
Conseil Consultatif des Cit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | renouveau conservateur
| Blog officiel de Ousmane Ma...
| METTONS NOUS AU TRAVAIL !!!...