Les élections cantonales des 20 et 27 mars 2011

La barre était trop haute pour Michel HENNEQUART

Canton du Cateau : Laurent COULON (PS) réélu sans surprise aucune.

 

 

OAS_AD(‘Position1′);

Il est arrivé en tête au Cateau et dans 16 des 17 communes alentours : Laurent Coulon (PS) a été réélu ce soir sans surprise aucune.La seule commune qui lui a échappé est celle de Mazinghien commune qui a pour maire Michel Hennequart (SE), l’adversaire de Laurent Coulon. Deux hommes qui ont échangé une longue poignée de main à l’issue de l’anonce du résultat, histoire de dire qu’il fallait maintenant reprendre le travail, ensemble.

OAS_AD(‘Position1′);

Plus de détails dans votre édition de Cambrai-Caudry demain

la Voix du Nord


Michel HENNEQUART écrit: « HALTE AU GASPILLAGE DE L’ARGENT PUBLIC »

C’est une très bonne chose, il faut que les deniers publics soient gérés sainement.

Maire de Mazinghien, il siège à la communauté des communes, que fait-il pour arrêter la pollution lumineuse qui est scandaleuse, dilapider l’argent du contribuable pour l’éclairage public qui fonctionne toutes les nuits et une partie de la journée.

Il faudrait qu’il s’exprime sur ce sujet que j’ai abordé quelques lignes plus bas…

Merci Monsieur HENNEQUART de nous apporter quelques informations à ce sujet pour nous « éclairer ».

 

pdf gaspillage.pdf

Des tonnes de promesses pré-électorales comme l’a fait à 2 reprises notre très cher Henri QUONIOU qui une fois élu est allé à la déchetterie vider le camion de promesses…

Nous en conviendrons que sans promesse: point d’élection possible…

 

 

sourispolllum.png

La dépense d’électricité s’élève à 30 000.00 euros par an, par délibération du conseil municipal du 23 septembre 2008 Décision modification budgétaire N°2 cette dernière est passée à 33 000.00 euros par an (Article 60612).De quoi se révolter quand on constate que nos rues sont éclairées toutes les nuits et que rien n’est fait pour que cela change. C’est cela la gestion façon Quoniou…En électricité U= RI, tu vas te faire juter Monsieur le Maire.

Message d’une fidèle lectrice:

Pour ce qui concerne l’éclairage public, des contacts avaient été pris en 2002 en vue de provoquer une étude pour l’amélioration ………

Monsieur le Maire, à l’époque, a pris en charge le dossier: vous voyez où nous en sommes!! Par contre les dettes pour des peccadilles: il a su faire!!

LA COMMUNAUTE DES COMMUNES:

Depuis le 01/01/2010 c’est la communauté des communes qui est en charge de gérer l’éclairage public.Il ne faut pas tout mettre sur le dos de notre pauvre H.P.Q.Le 11 octobre 2010, je me suis entretenu avec Monsieur le Président de la Communauté de Communes, Monsieur DEVAUX, Maire de Beauvois:Je lui ai montré une photo de la rue de l’arbre de guise à Saint Souplet, prise à 7 heures le matin, courant Juin dernier, sur laquelle on constate l’éclairage public en fonction alors que le jour est levé depuis un bon moment, je lui ai demandé ce qu’il en pensait, il a balayé d’un revers de la main cette photo, d’un air méprisant, je crois que lui et moi n’allons pas être de bons amis avec une telle attitude.

Quand j’en aurais terminé avec H.P.Q. je risque fort bien d’éclairer 2VO.

De notre entretien, il en ressort que tout le monde doit être logé (éclairé) à la même enseigne et que nos villages resteront éclairés toutes les nuits.

Il a le droit de gérer Beauvois comme il le veut, ce n’est pas mon affaire.

La mauvaise gestion de Saint Souplet par H.P.Q., j’en fais mon affaire. Quant à Monsieur le Président de la Communauté des Communes, s’il compte gérer les communes comme gère la sienne H.P.Q. , ce sera mon affaire, et il y a là un risque d’électrocution pour Monsieur 2VO.L’hiver approche alors, pourquoi ne pas laisser l’éclairage public fonctionner jour et nuit, de façon à pouvoir réchauffer l’atmosphère??Mes respectueuses salutations Monsieur DEVAUX… à très bientôt.

eclairagepublic001.jpg

Il ne faut pas oublier qu’une part non négligeable de nos impôts locaux servent à alimenter la caisse de cette communauté, je pense qu’elle doit être gérée sainement.Il serait envisageable de ne pas payer cette part et de la reverser directement au CCAS de sa commune, toutes idées seraient à étudier.

eclairagepublic002.jpg

Si Monsieur HENNEQUART a l’intention de gérer le Département comme le fait QUONIOU pour Saint Souplet ou 2VO pour la Communauté des communes, ce n’est pas un bon signe pour son succès électoral, les électeurs jugeront, la voix des urnes est la seule arme que possède le citoyen averti…

serviteur Monsieur HENNEQUART.

cm1972.jpg

CONSEILLER GENERAL

Avant Laurent nous avions notre ami Roland GRIMALDI et notre ami Pierre MAUROY.

Je suis sur la photo avec Pierre MAUROY, c’était avant hier, en 1972.

C’est maintenant Laurent COULON qui a pris la relève,

il sait se montrer digne de ses prédécesseurs.

VOTONS TOUS LAURENT COULON LE 20 MARS 2011

Cela nous évitera un second déplacement le 27 mars 2011.

laurentcoulon1.jpg

laurentcoulon2.jpg

UN POIL ET CE FUT BON

 

1er TOUR 20/03/2011

Candidats Résultat Statut
HENNEQUART Michel M-NC 23.95% Ballotage
COULON Laurent SOC 47.2% Ballotage
MALPAUX-DUPONT Chantal VEC 3.73% -
BURLION Jean-Paul COM 5.14% -
BULTEZ Pascal FN 19.99%

Il y a 52% des électeurs sulpiciens qui sont pécheurs

Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 968
Abstentions 502 51.66
Votants 466 48.14
Blancs ou nuls 11 1.14 2.36
Exprimés 455 47 97.64


Même au Code électoral H.P.Q. n’y connait rien

J’ai constaté l’absence sur le bureau de vote

à Saint Souplet et à Escaufourt:

*de la liste des assesseurs désignés par les candidats.

*de la liste des délégués des candidats.

*de la liste des votes par procuration.

De plus Quoniou s’est fait remonter les bretelles par Monsieur le Préfét à qui il a oublié d’envoyer les résultats des élections…

il est TUNIQUE dans son genre….

LES ELECTIONS Fonctionnement d’un bureau de vote

1-L’agencement des bureaux de vote

Chaque commune est divisée, par arrêté préfectoral, en autant de bureaux de vote que l’exigent les circonstances locales et le nombre d’électeurs. Afin de faciliter le bon déroulement des opérations électorales, il est préconisé de ne pas excéder le nombre de 800 à 1 000 électeurs inscrits par bureau.

L’agencement des bureaux de vote est le suivant :

- La table de décharge :


Les électeurs prennent sur cette table l’enveloppe et les bulletins de vote qui sont mis à leur disposition et qui correspondent à ceux que la commission de propagande a fait parvenir à leur domicile.

Cette table est généralement placée à l’entrée du bureau de vote. 

- La table de vote :
 

C’est à cette table que siègent les membres du bureau de vote.
Sur cette table sont disposés :

- une urne dont 4 faces au moins sont transparentes et munies de deux serrures différentes - la liste d’émargement

- le code électoral

 - l’arrêté ou le décret de convocation des électeurs - l’arrêté préfectoral avançant l’heure d’ouverture du scrutin ou retardant son heure de clôture

- l’instruction n°76-28 du 23 janvier 1976 relative aux modalités d’exercice du droit de vote par procuration

- la liste des candidats

- une liste comprenant les noms du président du bureau de vote et de son suppléant, ainsi que ceux des assesseurs désignés par les candidats ou les têtes de liste, et éventuellement de leurs suppléants

- la liste des délégués titulaires et suppléants désignés par les candidats ou les têtes de liste pour contrôler les opérations électorales

- les cartes électorales qui n’ont pas été remises au domicile des électeurs

- les enveloppes de centaines

- Les isoloirs :


Il y a normalement au moins un isoloir pour 300 électeurs inscrits.

- Les tables de dépouillement :


Elles seront utilisées à la clôture du scrutin. Leur nombre ne doit pas être supérieur à celui des isoloirs. Elle sont disposées de telle sorte que les électeurs puissent circuler autour.

- Les affiches :

Doivent être affichés dans chaque bureau de vote.

- dans les communes de plus de 5 000 habitants,un avis rappelant les pièces d’identité que doit présenter l’électeur.


- une affiche reproduisant les dispositions du code électoral relative à la liberté et au secret du vote.
- éventuellement l’arrêté préfectoral avançant l’heure d’ouverture ou retardant l’heure de clôture du bureau de vote.  

2-Le déroulement du scrutin

La composition du bureau de vote :

Pour suivre le bon déroulement des opérations de vote, un bureau de vote est constitué dans chaque bureau et est composé de :

- un président
- au moins 4 assesseurs
- un secrétaire
Il n’est pas indispensable que tous les membres du bureau siègent.

Il faut qu’il y ait en permanence : - le président du bureau de vote ou, à défaut, le plus âgé des assesseurs
- au moins 2 assesseurs titulaires.

L’électeur dans le bureau de vote :


L’électeur se présente au bureau de vote qui lui est indiqué sur sa carte électorale dès l’ouverture du scrutin.

Le scrutin se déroule de 8 heures à 18 heures mais il peut être avancé ou retardé par arrêté préfectoral.

Ainsi, dans les grandes villes il est souvent clos à 20 heures.
 

Pour voter, l’électeur doit être inscrit sur la liste électorale du bureau de vote où il se présente.

Dans les communes de moins de 5 000 habitants, il peut voter en présentant sa carte électorale ou une pièce d’identité.

En revanche, dans les communes de 5 000 habitants et plus, il doit nécessairement présenter une pièce d’identité.

L’opération de vote se déroule alors en plusieurs étapes :

1 – L’électeur se présente à la table où sont déposés les bulletins et les enveloppes.

Son inscription sur les listes électorales est vérifiée, il prend une enveloppe, un bulletin de vote de chaque liste ou candidat. Il est important qu’il prenne plusieurs bulletins de vote afin de préserver la confidentialité de son choix.

L’électeur peut également se rendre au bureau de vote avec les documents électoraux qui lui ont été envoyés à son domicile.

2 – L’électeur se rend à l’isoloir. Le passage par l’isoloir est obligatoire dans tous les cas afin de garantir le caractère secret et personnel du vote.

3 – Il se présente devant l’urne où le président du bureau ou son suppléant vérifie son identité en lisant à voix haute la pièce d’identité ou la carte électorale qu’il lui présente.

4 – Le président ou son suppléant constate que l’électeur n’a qu’une enveloppe, mais il ne doit en aucun cas la toucher.

L’électeur introduit lui-même l’enveloppe dans l’urne.

5 – Il signe alors la liste d’émargement en face de son nom. La personne chargée de contrôler les émargements se trouve généralement à côté de l’urne afin de faciliter les opérations de vote.

Si un électeur n’est pas en mesure de signer lui-même, un électeur de son choix peut signer pour lui avec la mention manuscrite :  » l’électeur ne peut signer lui-même « .

Si un électeur qui a voté, refuse de signer, c’est la personne chargée du contrôle des émargements qui signera à sa place. Il en sera porté mention sur le procès-verbal des opérations de vote et il sera indiqué les noms des électeurs concernés.

6 – La carte de l’électeur ou son attestation sont rendues à leur détenteur après que l’assesseur a apposé un timbre à la date du scrutin sur l’emplacement prévu à cet effet. Ce timbre n’est pas apposé si l’électeur n’a pas présenté sa carte électorale.

La clôture du scrutin :

Le scrutin est clos à 18 heures ou à 20 heures selon l’arrêté préfectoral. Le président constate publiquement l’heure de clôture du scrutin.

Aucun vote ne peut plus alors être reçu. Toutefois si un électeur est entré dans le bureau de vote avant l’heure de clôture, il peut introduire son enveloppe dans l’urne après cette heure.

Qui peut pénétrer dans le bureau de vote ?
 

Le bureau de vote n’est pas un endroit ouvert à tous et seuls peuvent y pénétrer :

- les électeurs inscrits sur les listes électorales du bureau
- les délégués des candidats ou des listes
- les membres et délégués des commissions de contrôle des opérations de vote
- les délégués du Conseil constitutionnel pour les scrutins relevant de son contrôle (référendum, élection du Président de la République.

Toute discussion ou délibération des électeurs est interdite à l’intérieur des bureaux de vote.

L’entrée de la salle de vote est également interdite à tout électeur porteur d’une arme. Le président du bureau de vote a seul la police de l’assemblée. Nulle force armée ne peut sans son autorisation être présente dans la salle ou aux alentours. Il peut faire expulser tout électeur qui troublerait ou ralentirait les opérations.

Le dépouillement des votes :

Le dépouillement commence dès la clôture du scrutin. Il est effectué par les scrutateurs aux tables de dépouillement en présence des délégués des candidats et des électeurs, et sous la surveillance des membres du bureau.

Il se décompose en plusieurs étapes :

- Les membres du bureau dénombrent les émargements.

L’urne est ouverte, le nombre d’enveloppes, ainsi que de bulletins sans enveloppe, est vérifié :

il doit être conforme aux émargements.

Dans le cas contraire, il en est fait mention au procès-verbal. - Les enveloppes contenant les bulletins sont regroupées par paquet de 100.Elles sont introduites dans des enveloppes prévues à cet effet (enveloppes de centaine).

Ces enveloppes sont cachetées.

Le président du bureau et au moins deux assesseurs représentant les listes ou les candidats, les signent.

Le dernier paquet d’enveloppes qui compte moins de 100 bulletins, est également introduit dans une enveloppe de centaine sur laquelle est indiqué le nombre d’enveloppes contenues.

Cette mise sous enveloppe ne s’effectue pas lorsque moins de 100 électeurs ont voté dans le bureau de vote.

- Les enveloppes de centaine sont réparties entre les tables de dépouillement et ouvertes par les scrutateurs.

- Un scrutateur ouvre les enveloppes de vote une à une, déplie le bulletin et le passe à un autre scrutateur qui le lit à voix haute et intelligible.Les noms portés sur les bulletins sont relevés sur des feuilles préparées à cet effet et par au moins deux scrutateurs.

Toute autre procédure peut entraîner l’annulation de l’élection.

- Puis les scrutateurs signent les feuilles de pointage et les remettent au bureau, ainsi que les bulletins et enveloppes dont la validité leur a paru douteuse ou a été contestée par des électeurs ou des délégués des candidats.

C’est le bureau qui décidera alors de la validité d’un bulletin ou d’une enveloppe.

- Le bureau arrête alors le nombre de suffrages exprimés , le nombre des suffrages blancs et nuls et le nombre de suffrages obtenus par chaque candidat ou chaque liste.

Le procès-verbal :


Il retrace le déroulement des opérations, est rédigé par le secrétaire du bureau dans la salle de vote, et ce, immédiatement après le dépouillement et en présence des électeurs.

Il comporte :

- le nombre des électeurs inscrits
- le nombre des votants
- le nombre de suffrages exprimés
- le nombre de suffrages recueillis par chaque candidat ou par chaque liste
- le nombre d’électeurs qui n’ont pas retiré leur carte électorale alors qu’elle était tenue à leur disposition au bureau de vote
- toute réclamation des électeurs ou des délégués des candidats ou des listes, ainsi que les décisions motivées prises par le bureau sur les incidents qui ont pu se produire

Le procès-verbal est établi en 2 exemplaires sur des imprimés fournis par la préfecture.

Il est signé par tous les membres du bureau et contresigné par les délégués des candidats ou des listes en présence.

S’ils refusent, mention en est faite au procès-verbal.

La proclamation des résultats


Une fois, le procès-verbal établi, le résultat est proclamé en public par le président du bureau et affiché par ses soins en toutes lettres dans la salle de vote, avec les indications suivantes :

- le nombre d’électeurs inscrits
- le nombre de votants
- le nombre de suffrages exprimés
- le nombre de suffrages recueillis par chacun des candidats ou listes

Votre bien dévoué

marius szymczak




Archive pour mars, 2011

Les élections cantonales des 20 et 27 mars 2011

La barre était trop haute pour Michel HENNEQUART

Canton du Cateau : Laurent COULON (PS) réélu sans surprise aucune.

 

 

OAS_AD(‘Position1′);

Il est arrivé en tête au Cateau et dans 16 des 17 communes alentours : Laurent Coulon (PS) a été réélu ce soir sans surprise aucune.La seule commune qui lui a échappé est celle de Mazinghien commune qui a pour maire Michel Hennequart (SE), l’adversaire de Laurent Coulon. Deux hommes qui ont échangé une longue poignée de main à l’issue de l’anonce du résultat, histoire de dire qu’il fallait maintenant reprendre le travail, ensemble.

OAS_AD(‘Position1′);

Plus de détails dans votre édition de Cambrai-Caudry demain

la Voix du Nord


Michel HENNEQUART écrit: « HALTE AU GASPILLAGE DE L’ARGENT PUBLIC »

C’est une très bonne chose, il faut que les deniers publics soient gérés sainement.

Maire de Mazinghien, il siège à la communauté des communes, que fait-il pour arrêter la pollution lumineuse qui est scandaleuse, dilapider l’argent du contribuable pour l’éclairage public qui fonctionne toutes les nuits et une partie de la journée.

Il faudrait qu’il s’exprime sur ce sujet que j’ai abordé quelques lignes plus bas…

Merci Monsieur HENNEQUART de nous apporter quelques informations à ce sujet pour nous « éclairer ».

 

pdf gaspillage.pdf

Des tonnes de promesses pré-électorales comme l’a fait à 2 reprises notre très cher Henri QUONIOU qui une fois élu est allé à la déchetterie vider le camion de promesses…

Nous en conviendrons que sans promesse: point d’élection possible…

 

 

sourispolllum.png

La dépense d’électricité s’élève à 30 000.00 euros par an, par délibération du conseil municipal du 23 septembre 2008 Décision modification budgétaire N°2 cette dernière est passée à 33 000.00 euros par an (Article 60612).De quoi se révolter quand on constate que nos rues sont éclairées toutes les nuits et que rien n’est fait pour que cela change. C’est cela la gestion façon Quoniou…En électricité U= RI, tu vas te faire juter Monsieur le Maire.

Message d’une fidèle lectrice:

Pour ce qui concerne l’éclairage public, des contacts avaient été pris en 2002 en vue de provoquer une étude pour l’amélioration ………

Monsieur le Maire, à l’époque, a pris en charge le dossier: vous voyez où nous en sommes!! Par contre les dettes pour des peccadilles: il a su faire!!

LA COMMUNAUTE DES COMMUNES:

Depuis le 01/01/2010 c’est la communauté des communes qui est en charge de gérer l’éclairage public.Il ne faut pas tout mettre sur le dos de notre pauvre H.P.Q.Le 11 octobre 2010, je me suis entretenu avec Monsieur le Président de la Communauté de Communes, Monsieur DEVAUX, Maire de Beauvois:Je lui ai montré une photo de la rue de l’arbre de guise à Saint Souplet, prise à 7 heures le matin, courant Juin dernier, sur laquelle on constate l’éclairage public en fonction alors que le jour est levé depuis un bon moment, je lui ai demandé ce qu’il en pensait, il a balayé d’un revers de la main cette photo, d’un air méprisant, je crois que lui et moi n’allons pas être de bons amis avec une telle attitude.

Quand j’en aurais terminé avec H.P.Q. je risque fort bien d’éclairer 2VO.

De notre entretien, il en ressort que tout le monde doit être logé (éclairé) à la même enseigne et que nos villages resteront éclairés toutes les nuits.

Il a le droit de gérer Beauvois comme il le veut, ce n’est pas mon affaire.

La mauvaise gestion de Saint Souplet par H.P.Q., j’en fais mon affaire. Quant à Monsieur le Président de la Communauté des Communes, s’il compte gérer les communes comme gère la sienne H.P.Q. , ce sera mon affaire, et il y a là un risque d’électrocution pour Monsieur 2VO.L’hiver approche alors, pourquoi ne pas laisser l’éclairage public fonctionner jour et nuit, de façon à pouvoir réchauffer l’atmosphère??Mes respectueuses salutations Monsieur DEVAUX… à très bientôt.

eclairagepublic001.jpg

Il ne faut pas oublier qu’une part non négligeable de nos impôts locaux servent à alimenter la caisse de cette communauté, je pense qu’elle doit être gérée sainement.Il serait envisageable de ne pas payer cette part et de la reverser directement au CCAS de sa commune, toutes idées seraient à étudier.

eclairagepublic002.jpg

Si Monsieur HENNEQUART a l’intention de gérer le Département comme le fait QUONIOU pour Saint Souplet ou 2VO pour la Communauté des communes, ce n’est pas un bon signe pour son succès électoral, les électeurs jugeront, la voix des urnes est la seule arme que possède le citoyen averti…

serviteur Monsieur HENNEQUART.

cm1972.jpg

CONSEILLER GENERAL

Avant Laurent nous avions notre ami Roland GRIMALDI et notre ami Pierre MAUROY.

Je suis sur la photo avec Pierre MAUROY, c’était avant hier, en 1972.

C’est maintenant Laurent COULON qui a pris la relève,

il sait se montrer digne de ses prédécesseurs.

VOTONS TOUS LAURENT COULON LE 20 MARS 2011

Cela nous évitera un second déplacement le 27 mars 2011.

laurentcoulon1.jpg

laurentcoulon2.jpg

UN POIL ET CE FUT BON

 

1er TOUR 20/03/2011

Candidats Résultat Statut
HENNEQUART Michel M-NC 23.95% Ballotage
COULON Laurent SOC 47.2% Ballotage
MALPAUX-DUPONT Chantal VEC 3.73% -
BURLION Jean-Paul COM 5.14% -
BULTEZ Pascal FN 19.99%

Il y a 52% des électeurs sulpiciens qui sont pécheurs

Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits 968
Abstentions 502 51.66
Votants 466 48.14
Blancs ou nuls 11 1.14 2.36
Exprimés 455 47 97.64


Même au Code électoral H.P.Q. n’y connait rien

J’ai constaté l’absence sur le bureau de vote

à Saint Souplet et à Escaufourt:

*de la liste des assesseurs désignés par les candidats.

*de la liste des délégués des candidats.

*de la liste des votes par procuration.

De plus Quoniou s’est fait remonter les bretelles par Monsieur le Préfét à qui il a oublié d’envoyer les résultats des élections…

il est TUNIQUE dans son genre….

LES ELECTIONS Fonctionnement d’un bureau de vote

1-L’agencement des bureaux de vote

Chaque commune est divisée, par arrêté préfectoral, en autant de bureaux de vote que l’exigent les circonstances locales et le nombre d’électeurs. Afin de faciliter le bon déroulement des opérations électorales, il est préconisé de ne pas excéder le nombre de 800 à 1 000 électeurs inscrits par bureau.

L’agencement des bureaux de vote est le suivant :

- La table de décharge :


Les électeurs prennent sur cette table l’enveloppe et les bulletins de vote qui sont mis à leur disposition et qui correspondent à ceux que la commission de propagande a fait parvenir à leur domicile.

Cette table est généralement placée à l’entrée du bureau de vote. 

- La table de vote :
 

C’est à cette table que siègent les membres du bureau de vote.
Sur cette table sont disposés :

- une urne dont 4 faces au moins sont transparentes et munies de deux serrures différentes - la liste d’émargement

- le code électoral

 - l’arrêté ou le décret de convocation des électeurs - l’arrêté préfectoral avançant l’heure d’ouverture du scrutin ou retardant son heure de clôture

- l’instruction n°76-28 du 23 janvier 1976 relative aux modalités d’exercice du droit de vote par procuration

- la liste des candidats

- une liste comprenant les noms du président du bureau de vote et de son suppléant, ainsi que ceux des assesseurs désignés par les candidats ou les têtes de liste, et éventuellement de leurs suppléants

- la liste des délégués titulaires et suppléants désignés par les candidats ou les têtes de liste pour contrôler les opérations électorales

- les cartes électorales qui n’ont pas été remises au domicile des électeurs

- les enveloppes de centaines

- Les isoloirs :


Il y a normalement au moins un isoloir pour 300 électeurs inscrits.

- Les tables de dépouillement :


Elles seront utilisées à la clôture du scrutin. Leur nombre ne doit pas être supérieur à celui des isoloirs. Elle sont disposées de telle sorte que les électeurs puissent circuler autour.

- Les affiches :

Doivent être affichés dans chaque bureau de vote.

- dans les communes de plus de 5 000 habitants,un avis rappelant les pièces d’identité que doit présenter l’électeur.


- une affiche reproduisant les dispositions du code électoral relative à la liberté et au secret du vote.
- éventuellement l’arrêté préfectoral avançant l’heure d’ouverture ou retardant l’heure de clôture du bureau de vote.  

2-Le déroulement du scrutin

La composition du bureau de vote :

Pour suivre le bon déroulement des opérations de vote, un bureau de vote est constitué dans chaque bureau et est composé de :

- un président
- au moins 4 assesseurs
- un secrétaire
Il n’est pas indispensable que tous les membres du bureau siègent.

Il faut qu’il y ait en permanence : - le président du bureau de vote ou, à défaut, le plus âgé des assesseurs
- au moins 2 assesseurs titulaires.

L’électeur dans le bureau de vote :


L’électeur se présente au bureau de vote qui lui est indiqué sur sa carte électorale dès l’ouverture du scrutin.

Le scrutin se déroule de 8 heures à 18 heures mais il peut être avancé ou retardé par arrêté préfectoral.

Ainsi, dans les grandes villes il est souvent clos à 20 heures.
 

Pour voter, l’électeur doit être inscrit sur la liste électorale du bureau de vote où il se présente.

Dans les communes de moins de 5 000 habitants, il peut voter en présentant sa carte électorale ou une pièce d’identité.

En revanche, dans les communes de 5 000 habitants et plus, il doit nécessairement présenter une pièce d’identité.

L’opération de vote se déroule alors en plusieurs étapes :

1 – L’électeur se présente à la table où sont déposés les bulletins et les enveloppes.

Son inscription sur les listes électorales est vérifiée, il prend une enveloppe, un bulletin de vote de chaque liste ou candidat. Il est important qu’il prenne plusieurs bulletins de vote afin de préserver la confidentialité de son choix.

L’électeur peut également se rendre au bureau de vote avec les documents électoraux qui lui ont été envoyés à son domicile.

2 – L’électeur se rend à l’isoloir. Le passage par l’isoloir est obligatoire dans tous les cas afin de garantir le caractère secret et personnel du vote.

3 – Il se présente devant l’urne où le président du bureau ou son suppléant vérifie son identité en lisant à voix haute la pièce d’identité ou la carte électorale qu’il lui présente.

4 – Le président ou son suppléant constate que l’électeur n’a qu’une enveloppe, mais il ne doit en aucun cas la toucher.

L’électeur introduit lui-même l’enveloppe dans l’urne.

5 – Il signe alors la liste d’émargement en face de son nom. La personne chargée de contrôler les émargements se trouve généralement à côté de l’urne afin de faciliter les opérations de vote.

Si un électeur n’est pas en mesure de signer lui-même, un électeur de son choix peut signer pour lui avec la mention manuscrite :  » l’électeur ne peut signer lui-même « .

Si un électeur qui a voté, refuse de signer, c’est la personne chargée du contrôle des émargements qui signera à sa place. Il en sera porté mention sur le procès-verbal des opérations de vote et il sera indiqué les noms des électeurs concernés.

6 – La carte de l’électeur ou son attestation sont rendues à leur détenteur après que l’assesseur a apposé un timbre à la date du scrutin sur l’emplacement prévu à cet effet. Ce timbre n’est pas apposé si l’électeur n’a pas présenté sa carte électorale.

La clôture du scrutin :

Le scrutin est clos à 18 heures ou à 20 heures selon l’arrêté préfectoral. Le président constate publiquement l’heure de clôture du scrutin.

Aucun vote ne peut plus alors être reçu. Toutefois si un électeur est entré dans le bureau de vote avant l’heure de clôture, il peut introduire son enveloppe dans l’urne après cette heure.

Qui peut pénétrer dans le bureau de vote ?
 

Le bureau de vote n’est pas un endroit ouvert à tous et seuls peuvent y pénétrer :

- les électeurs inscrits sur les listes électorales du bureau
- les délégués des candidats ou des listes
- les membres et délégués des commissions de contrôle des opérations de vote
- les délégués du Conseil constitutionnel pour les scrutins relevant de son contrôle (référendum, élection du Président de la République.

Toute discussion ou délibération des électeurs est interdite à l’intérieur des bureaux de vote.

L’entrée de la salle de vote est également interdite à tout électeur porteur d’une arme. Le président du bureau de vote a seul la police de l’assemblée. Nulle force armée ne peut sans son autorisation être présente dans la salle ou aux alentours. Il peut faire expulser tout électeur qui troublerait ou ralentirait les opérations.

Le dépouillement des votes :

Le dépouillement commence dès la clôture du scrutin. Il est effectué par les scrutateurs aux tables de dépouillement en présence des délégués des candidats et des électeurs, et sous la surveillance des membres du bureau.

Il se décompose en plusieurs étapes :

- Les membres du bureau dénombrent les émargements.

L’urne est ouverte, le nombre d’enveloppes, ainsi que de bulletins sans enveloppe, est vérifié :

il doit être conforme aux émargements.

Dans le cas contraire, il en est fait mention au procès-verbal. - Les enveloppes contenant les bulletins sont regroupées par paquet de 100.Elles sont introduites dans des enveloppes prévues à cet effet (enveloppes de centaine).

Ces enveloppes sont cachetées.

Le président du bureau et au moins deux assesseurs représentant les listes ou les candidats, les signent.

Le dernier paquet d’enveloppes qui compte moins de 100 bulletins, est également introduit dans une enveloppe de centaine sur laquelle est indiqué le nombre d’enveloppes contenues.

Cette mise sous enveloppe ne s’effectue pas lorsque moins de 100 électeurs ont voté dans le bureau de vote.

- Les enveloppes de centaine sont réparties entre les tables de dépouillement et ouvertes par les scrutateurs.

- Un scrutateur ouvre les enveloppes de vote une à une, déplie le bulletin et le passe à un autre scrutateur qui le lit à voix haute et intelligible.Les noms portés sur les bulletins sont relevés sur des feuilles préparées à cet effet et par au moins deux scrutateurs.

Toute autre procédure peut entraîner l’annulation de l’élection.

- Puis les scrutateurs signent les feuilles de pointage et les remettent au bureau, ainsi que les bulletins et enveloppes dont la validité leur a paru douteuse ou a été contestée par des électeurs ou des délégués des candidats.

C’est le bureau qui décidera alors de la validité d’un bulletin ou d’une enveloppe.

- Le bureau arrête alors le nombre de suffrages exprimés , le nombre des suffrages blancs et nuls et le nombre de suffrages obtenus par chaque candidat ou chaque liste.

Le procès-verbal :


Il retrace le déroulement des opérations, est rédigé par le secrétaire du bureau dans la salle de vote, et ce, immédiatement après le dépouillement et en présence des électeurs.

Il comporte :

- le nombre des électeurs inscrits
- le nombre des votants
- le nombre de suffrages exprimés
- le nombre de suffrages recueillis par chaque candidat ou par chaque liste
- le nombre d’électeurs qui n’ont pas retiré leur carte électorale alors qu’elle était tenue à leur disposition au bureau de vote
- toute réclamation des électeurs ou des délégués des candidats ou des listes, ainsi que les décisions motivées prises par le bureau sur les incidents qui ont pu se produire

Le procès-verbal est établi en 2 exemplaires sur des imprimés fournis par la préfecture.

Il est signé par tous les membres du bureau et contresigné par les délégués des candidats ou des listes en présence.

S’ils refusent, mention en est faite au procès-verbal.

La proclamation des résultats


Une fois, le procès-verbal établi, le résultat est proclamé en public par le président du bureau et affiché par ses soins en toutes lettres dans la salle de vote, avec les indications suivantes :

- le nombre d’électeurs inscrits
- le nombre de votants
- le nombre de suffrages exprimés
- le nombre de suffrages recueillis par chacun des candidats ou listes

Votre bien dévoué

marius szymczak

PCF Bretagne : la campagne ... |
algerie, ses enfants, sa force |
Conseil Consultatif des Cit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | renouveau conservateur
| Blog officiel de Ousmane Ma...
| METTONS NOUS AU TRAVAIL !!!...